Larry le chat, contrairement à David Cameron, ne quittera pas le 10 Downing Street.
Larry le chat, contrairement à David Cameron, ne quittera pas le 10 Downing Street. — Alastair Grant/AP/SIPA

DEMENAGEMENT

Brexit: David Cameron déménage, mais Larry le chat reste

Larry arpente les antichambres du pouvoir depuis 2011...

Contrairement au Premier ministre britannique David Cameron, qui a fait ses cartons pour quitter le 10 Downing Street et laisser la place à Theresa May mercredi, Larry le chat, reste.

Larry arpente les antichambres du pouvoir depuis 2011, date à laquelle il a été chargé de chasser rats et souris. Il va devoir s’habituer au nouveau style de chaussures de la prochaine locataire, réputée pour ses escarpins léopard.

« Pas le chat des Cameron »

L’idée a un temps circulé que Larry suive David Cameron et sa famille. Mais il a été rapidement rassuré sur son sort, contrairement aux ministrables en puissance, toujours sur des charbons ardents mardi.

>> A lire aussi : Mais qu'a fredonné David Cameron en quittant le pouvoir?

« C’est le chat d’un fonctionnaire, pas celui des Cameron », a précisé un porte-parole de Downing Street. « Il reste. »

Larry, un chat de la SPA, a été amené à Downing Street après qu’un rat eut été repéré pendant des bulletins d’information télévisée en train de fouiner devant la célèbre porte noire de la résidence du Premier ministre.

Un félin au 10 Downing Street depuis 1920

Depuis, son efficacité a été mise en doute. Larry reçoit des quantités de cadeaux et de friandises chaque jour de ses admirateurs et il passe la plupart de son temps à « tester la qualité des meubles anciens pour ses siestes », selon un porte-parole.

Downing Street a toujours abrité un félin pour chasser les rats depuis les années 1920. D’aucuns ont reçu le titre de « chasseur de souris en chef du siège du gouvernement » et ont même reçu un salaire.

Humphrey, un chat de gouttière qui avait élu domicile sous Margaret Thatcher et a survécu à John Major, fut mis à la retraite en 1997 par Tony Blair, sous la pression de sa femme Cherie, murmure-t-on. Il recevait une pension de 100 livres par an (120 euros).

Victime de l’austérité, Larry travaille gratuitement et il est nourri par le personnel de Downing Street.

Larry a été vu à plusieurs reprises en train de se bagarrer avec Palmerston, le chat du ministère voisin des Affaires étrangères adopté en avril. Il passe aussi pour entretenir des relations difficiles avec Freya, la chatte de la famille du chancelier de l’Echiquier George Osborne, qui habite la porte à côté, au 11. Mais Freya risque fort de décamper avec son maître s’il ne récupère pas son ministère.