Etats-Unis: L'auteur de la fusillade de Dallas abattu par un «robot tueur» télécommandé

HIGH-TECH Cette technique n'avait encore jamais utilisée par les forces de l'ordre américaines et a relancé la controverse sur la militarisation des polices locales...

20 Minutes avec agence
— 
Le principal suspect de la tuerie de Dallas, identifié par la police comme Micah Johnson, a été tué par une unité d'élite le 8 juillet 2016.
Le principal suspect de la tuerie de Dallas, identifié par la police comme Micah Johnson, a été tué par une unité d'élite le 8 juillet 2016. — Handout / AFP

Le sniper suspecté d’avoir tué cinq personnes et blessé sept autres (une majorité des policiers), jeudi dernier à Dallas (Etat-Unis) a été abattu par un robot télécommandé porteur d’une bombe.

Micah Johnson, 25 ans, était retranché depuis déjà de nombreuses heures dans un bâtiment de Dallas, situé non loin de la manifestation organisée pour dénoncer des bavures policières, quand la police locale a choisi l’option « robot ».

Ne pas « exposer les agents à un grave danger »

« Nous n’avons pas eu d’autre choix que d’utiliser notre robot piégé, et de placer un dispositif dans son prolongement afin de le faire exploser là où était le suspect. Les autres options auraient exposé les agents à un grave danger », a expliqué David Brow, le chef de la police de Dallas cité par l’agence Reuters​.

Northrop Grumman Andros, initialement conçu pour les équipes de démineurs et l’armée, a donc été lancé à la « poursuite » de Micah Johnson, réserviste noir de l’armée américaine qui préparait une attaque à la bombe dévastatrice.

 

 

« C’est la première fois qu’un robot est utilisé de cette façon par la police », a pour sa part tweeté Peter Singer, membre de la New America, un groupe de réflexion spécialisé notamment dans les questions de sécurité.

En effet, si les forces de l’ordre américaines ont déjà fait usage de machines télécommandées pour aider à l’arrestation d’un suspect, elles n’y avaient jusqu’ici jamais eu recours dans le but de tuer.

 

451 robots désamorceurs déjà distribués par le Pentagone

A noter qu’environ 451 robots désamorceurs de bombe ont été distribués par le Pentagone depuis 2005 aux services de police fédéraux et locaux, selon une évaluation faite par Reuters. Près de 200 ont été « affectés » aux services de police locaux, fédéraux ou au niveau des États.

Une normalisation des « robots tueurs » qui n’est pas du goût de l’ONG Human Rights Watch et de l’organisation International Human Rights Clinic qui assuraient, dans un rapport publié en 2014, ces policiers 2.0 n’étaient « pas dotés de qualités humaines, telles que le jugement et l’empathie, qui permettent à la police d’éviter de tuer illégalement dans des situations inattendues ».
 

>> A lire aussi : Des prix Nobel et des ONG se mobilisent contre les «robots-tueurs»