Corée du Nord: A quelles représailles s'expose Washington après avoir sanctionné Kim Jong-un?

TENSIONS La Corée du Nord envisage des représailles contre les Etats-Unis après les annonces de sanctions de Washington…

William Pereira

— 

Kim Jong-Un à Pyongyang, le 30 juin 2016.
Kim Jong-Un à Pyongyang, le 30 juin 2016. — Yonhap News/NEWSCOM/SIPA

On ne s’oppose pas à Kim Jong-un sans s’exposer à une riposte. A la suite des sanctions annoncées par Washington à l’encontre du leader nord-coréen ainsi que dix autres responsables communistes pour violations aux droits de l’Homme, le dictateur a condamné ce qu’il assimile à «  une déclaration de guerre. » Kim Jong-un a par ailleurs annoncé que ces sanctions ne resteraient pas sans conséquences. Mais à quelles représailles peuvent s’attendre les Etats-Unis ? 20 Minutes tente de répondre à la question.

>> A lire aussi : Corée du Nord: Les sanctions financières américaines sont une «déclaration de guerre»

La Corée du Nord peut attaquer… la Corée du Sud

Attaquer les Etats-Unis sans s’exposer à de lourdes pertes est-il possible pour les Nord-coréens ? A en croire Nicolas Levi, chercheur sur la Corée du Nord à l’académie des sciences de Pologne, cela relève de l’impossible. « Kim Jong-un n’a pas les moyens d’attaquer les Etats-Unis. En revanche, il peut diriger une attaque contre la Corée du Sud », envisage-t-il, avant nuancer son propos. « Même comme ça, l’option semble peu viable car il y aurait un risque réel de désertion au sein de l’armée [nord-coréenne], qui n’est pas très unie, contrairement à ce que l’on pourrait penser. »

La Corée du Nord peut organiser des kidnappings et pirater des services étrangers

Si la piste armée est à exclure pour Nicolas Levi, le leader nord-coréen disposerait d’autres moyens de nuire à Washington. « On peut imaginer des kidnappings de citoyens américains qui se trouveraient sur le sol nord-coréen ou des actes de piratage informatique. Il y a quelques années, des banques sud-coréennes avaient par exemple fait l’objet d’attaques [informatiques] », déclare Nicolas Levi. Et d’ajouter que « les seules actions réalisables sont celles dont on ne pourrait pas prouver qu’elles sont du fait de la Corée du Nord », et pour lesquelles le pays ne s'exposerait pas à des sanctions diplomatiques. 

>> A lire aussi : Corée du Nord: Kim Jong-un aurait pris 40 kilos en raison de «compulsions», selon Séoul

La Corée du Nord peut à nouveau menacer les Etats-Unis

Finalement, il y a de très grandes chances pour que le leader suprême ne donne pas suite à ses menaces. « A chaque fois, c’est pareil, Pyongyang répète les mêmes idioties sans jamais les appliquer », lance le spécialiste. « A force, ce n’est plus crédible », ajoute ce dernier, en trouvant néanmoins un intérêt à cette politique de la menace vaine. « L’utilité de ce genre de discours, c’est qu’il galvanise le peuple, qui, à force d’être exposé à ce genre d’idées farfelues, finit par y croire. On est dans un schéma classique historiquement utilisé dans les sociétés fascistes », constate Nicolas Levy. On attend donc avec impatience la menace de la menace à Washington.