Première sortie publique d'Abdelaziz Bouteflika depuis un an

ALGERIE Le président algérien s'est recueilli sur la tombe des martyrs de la guerre d’Algérie, à l’occasion du 54e anniversaire de l’indépendance du pays...

20 Minutes avec AFP
— 
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika le 15 juin 2015
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika le 15 juin 2015 — ALAIN JOCARD / POOL / AFP

Pour la première fois depuis un an, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a effectué ce mardi une sortie publique, en se recueillant sur la tombe des martyrs de la guerre d’Algérie, à l’occasion du 54e anniversaire de l’indépendance du pays.

En fauteuil roulant, Abdelaziz Bouteflika, 79 ans, ancien officier de l’Armée de libération nationale (ALN), a déposé une gerbe de fleurs au carré des martyrs du cimetière d’El-Alia (banlieue est d’Alger), avant d’écouter une prière et de recevoir les honneurs de la garde républicaine, selon les images de la télévision publique.

Une dernière sortie datée du 5 juillet 2015

L’imam a souhaité une « longue vie » au président frappé en 2013 par un AVC qui a affecté sa mobilité et son élocution.

Abdelaziz Bouteflika a ensuite embrassé le drapeau national et salué les principaux membres du gouvernement, les présidents des deux chambres du Parlement et le président de l’organisation nationale des moudjahidine, qui réunit des vétérans de la guerre d’Algérie.

C’est le quatrième déplacement d’Abdelaziz Bouteflika au cimetière d’El-Alia depuis sa réélection pour un 4e mandat en avril 2014. Il s’y était notamment rendu le 5 juillet 2015, sa dernière sortie publique depuis un an.

Affaibli par la maladie

« Notre jeunesse doit cultiver le souvenir du martyre enduré par notre peuple 132 années durant, un martyre fait de massacres, de tentatives d’extermination de nos ancêtres, de spoliations de leurs terres, et d’une tentative d’éradiquer notre culture et notre identité », a-t-il écrit lundi soir dans un message aux Algériens, diffusé par l’agence APS.

« Les générations montantes doivent connaître également l’embrigadement forcé de nos compatriotes dans les troupes du colonisateur, au fil des guerres que celui-ci a livrées ou qu’il a subies, les dizaines de milliers d’Algériens tombés en Europe notamment pour la défaite du nazisme », a poursuivi Abdelaziz Bouteflika.

Affaibli par la maladie, le chef de l’Etat algérien reçoit de nombreux hôtes étrangers, chefs d’Etat et ministres, dans sa résidence de Zéralda (ouest d’Alger).

>> A lire aussi : Une photo de Bouteflika tweetée par Valls fait polémique