Attentat d'Istanbul: Le fils du Tunisien décédé dans l'aéroport d'Atatürk sera rapatrié en Tunisie

TURQUIE Fathi Bayoudh avait effectué de nombreux allers-retours entre la Tunisie et la Turquie pour obtenir la libération de son fils…

W.P. avec AFP

— 

L'aéroport d'Istanbul-Atatürk bouclé par la police turque, le 28 juillet.
L'aéroport d'Istanbul-Atatürk bouclé par la police turque, le 28 juillet. — Emrah Gurel/AP/SIPA

L’histoire avait ému nombre de ses compatriotes. Un Tunisien répondant au nom de Fathi Bayoudh et qui s’était rendu en Turquie dans le but de chercher son fils, un djihadiste repenti et emprisonné en Turquie, a trouvé la mort dans l’attentat qui a frappé l’aéroport international d’Istanbul.

Le père du prisonnier se rendait régulièrement en Turquie

Face à cette situation, « la Turquie a accepté » de libérer le fils de la victime. « Il va revenir, si ce n’est demain (vendredi), dans les jours à venir », a dit le directeur général des Affaires consulaires au ministère des Affaires étrangères, Fayçal Ben Mustapha.

Fathi Bayoudh, chef du service pédiatrique de l’hôpital militaire de Tunis effectuait « de fréquents allers-retours » entre la Tunisie et la Turquie depuis deux mois pour tenter de ramener son fils au pays, a indiqué une source ministérielle à l’AFP. Selon la même source le père du prisonnier n’était d’ailleurs plus loin de trouver gain de cause.

Passé par l’Irak et la Syrie

D’après des médias tunisiens, le jeune homme avait un temps rejoint le groupe extrémiste Etat islamique (EI) en Syrie. D’après Fayçal Ben Mustapha, le djihadiste était auparavant passé par l’Irak, expliquant qu’on « ne sait pas précisément ce qu’il a fait » dans ces deux pays. Convaincu par son père de quitter ce pays, il avait été arrêté après son entrée en territoire turc.

La dépouille de Fathi Bayoudh est arrivée dans l’après-midi à Tunis où elle a été accueillie par une cérémonie militaire, avant des funérailles prévues vendredi dans le centre-est du pays.