Attentat d'Istanbul: Daesh a-t-il envoyé 35 djihadistes pour frapper pendant le ramadan?

TURQUIE L'information a été révélée il y a plusieurs jours par la chaîne américaine NBC...

F.F.
— 
Des policiers turcs devant l'aéroport Atatürk d'Istanbul, le 28 juin 2016.
Des policiers turcs devant l'aéroport Atatürk d'Istanbul, le 28 juin 2016. — XINHUA/SIPA/

L’attentat d’Istanbul nous promet-il des jours sombres pour clôturer le ramadan ? Dès l’annonce de l’attaque à l’aéroport Atatürk mardi soir, nombreux ont été ceux à reprendre une information donnée par la chaîne américaine NBC, le 16 juin dernier.

Le journaliste Richard Engel, depuis la capitale turque, affirmait qu’un ancien membre des services antiterroristes américains lui avait révélé que Daesh a envoyé au moins 30 djihadistes depuis la Syrie vers la Turquie, afin de commettre des attentats pendant le ramadan. Après l’annonce de l’attentat à l’aéroport d’Atatürk qui n’a pour le moment était revendiqué par aucune organisation terroriste, Richard Engel a modifié le chiffre avancé au départ de 30 à 35 combattants de Daesh.



Le reporter américain a également estimé qu'« il pourrait s’agir de la première attaque d’une série intervenant avant la fin du mois de ramadan », qui doit se terminer au début du mois de juillet. Avant d’ajouter : « Il suffit de calculer : 35-3 (les 35 djihadistes moins les trois kamikazes de l’aéroport d’Atatürk). Il reste donc 32 djihadistes en liberté. Sachant que la Turquie est la voie de transit des combattants de Daesh vers l’Europe. »

Les autorités turques informées de la menace ?

Les enquêteurs turcs tentent actuellement d’identifier les kamikazes, ce qui pourrait éventuellement permettre d’établir la responsabilité de l’organisation de l’Etat islamique (EI). Si celle-ci se confirme, l’information de NBC serait à mettre en lien avec une révélation de CNN Turquie datant de ce mercredi. D’après l’antenne ottomane de la chaîne américaine, les services de renseignement turcs auraient informé l’appareil sécuritaire du pays d’une menace pesant sur l’aéroport international d’Istanbul dès le début du mois de juin, qui correspondait au début du mois de ramadan.

Daesh a appelé au mois de mai ses « sympathisants » à commettre des attentats pendant cette période sainte pour les musulmans, traditionnellement une période de paix dont l’EI fait une tout autre lecture. Pour Al-Adnani, porte-parole de l’organisation terroriste, c’est « le mois de la conquête », il appelle donc à « faire un mois de calamité partout pour les non-croyants. »

Les services de renseignement d’Erdogan sur le gril

Un appel entendu à Orlando, par Omar Mateen, l’auteur de l’attentat homophobe qui a tué près de 50 personnes dans une boîte de nuit gay d’Orlando, et par Larossi Abballa, assassin d’un commandant de police et de sa compagne dans les Yvelines début juin.

Si les informations de CNN et de NBC se révèlent exactes, le débat sur la capacité des autorités turques à faire face à la menace terroriste, déjà virulent, risque de prendre une ampleur internationale. Accusé d’avoir purgé et désorganisé les services de police et de renseignement, le Premier ministre Recep Erdogan est actuellement très critiqué.

Des victimes d’attentats se sont groupées pour porter plainte contre le chef du MIT (service de renseignement turc), Hakan Fidan, ainsi que d’autres responsables. D’après Mediapart, plusieurs milliers d’anciens policiers virés par le gouvernement en place ont décidé d’intenter des procès pour licenciements abusifs Une association, la Kumap, s’est même constituée pour rassembler ces protestations.