VIDEO. Le zoo de Buenos Aires ferme ses portes et libère 1.500 animaux

ARGENTINE Le gouvernement a nationalisé le parc zoologique afin de le transformer en un centre de préservation de la biodiversité...

20 Minutes avec agence
— 
Sandra, une femelle orang-outan de 29 ans, au zoo de Buenos Aires le 22 décembre 2014
Sandra, une femelle orang-outan de 29 ans, au zoo de Buenos Aires le 22 décembre 2014 — Juan Mabromata AFP

Le zoo de Bueno Aires (Argentine), vieux de 128 ans, va fermer ses portes. Géré jusqu’à présent par des sociétés privées, il sera bientôt nationalisé. Conséquence : les 1.500 animaux sauvages auparavant détenus vont, pour la plupart, retrouver leur liberté, assure Le Monde.

Cette décision a été prise alors que « depuis des années les défenseurs des animaux, jusqu’aux employés de l’établissement, lançaient des cris d’alarme sur les conditions de vie précaires des pensionnaires et sur les infrastructures délabrées ».

Un futur parc écologique

En lieu et place, un parc écologique de 18 hectares « où les enfants pourront apprendre à prendre soin des différentes espèces » devrait voir le jour, a indiqué le 23 juin Horacio Rodriguez Larreta, maire de Buenos Aires, soulignant que « la vie en captivité est dégradante pour les animaux ».

Le nouveau parc accueillera également des animaux rescapés des trafics illégaux et aura pour mission d’assurer la protection et la réhabilitation des bêtes, précise le quotidien.

De retour dans leur milieu d’origine

Quant aux anciens pensionnaires, les plus robustes pourront réintégrer leur milieu d’origine, en Argentine, au Cambodge, en Inde, au Brésil ou en Afrique. Mais les plus vieux et les moins vaillants resteront dans le futur parc.

Les premiers à quitter les lieux seront les oiseaux. Ils seront relâchés dans les prochaines semaines dans la Réserve écologique de Buenos Aires de 350 hectares, au bord du fleuve du Rio de la Plata.

>> A lire aussi : Sandra l'orang-outan a-t-elle le droit de vivre en liberté?