Ikea: Pas de rappel des commodes «Malm» prévu en France

AMEUBLEMENT Ikea avait annoncé le rappel de près de 36 millions de commodes « Malm » aux Etats-Unis et au Canada après la mort accidentelle d’enfants…

Clémence Apetogbor

— 

Le magasin IKEA de Paris Nord, à Gonesse.
Le magasin IKEA de Paris Nord, à Gonesse. — Chamussy / Sipa

Les commodes Malm, vendues en France par le géant suédois de l’ameublement Ikea, ne seront pas soumises à un rappel, comme cela vient d’être fait en Amérique du Nord. « A ce stade, il n’y a pas de rappel prévu sur la France et l’Europe », a déclaré à l’AFP une porte-parole française du groupe suédois.

36 millions de commodes rappelées aux Etats-Unis et au Canada

Mardi, le géant suédois de l’ameublement avait annoncé le rappel de près de 36 millions de commodes Malm aux Etats-Unis et au Canada après la mort accidentelle d’enfants écrasés quand elles ont basculé.

« Ce modèle de commodes est également vendu en Europe et en France, mais il répond à toutes les normes de sécurité européennes », a précisé la porte-parole d’ikea France.

>> A lire aussi : Ikea va rappeler ses commodes «Malm» après la mort de plusieurs enfants

Aucun accident reporté en Europe

Comme pour les Etats-Unis, le groupe conseille dans sa notice de fixer la commode au mur pour le modèle enfant. « Nous sommes confiants dans le fait que ces consignes de sécurité sont bien respectées. D’ailleurs, il n’y a eu aucun accident reporté sur la France ou l’Europe avec ces commodes », a-t-elle assuré.

« Les clients ayant perdu le système de fixation sont invités à se rapprocher de nos magasins, où il leur en sera fourni un gratuitement », a-t-elle ajouté.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Ikea renforce son offre de kits de fixation pour lutter contre les accidents domestiques

Examen du dossier par la DGCCRF

Contactée par l’AFP, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a pour sa part indiqué que ses services étaient actuellement en train d’examiner ce dossier.

La DGCCRF explique que ses services ont demandé dès mardi soir à Ikea France des explications complémentaires, notamment pour savoir si les modèles vendus en Europe étaient exactement identiques à ceux vendus en Amérique du Nord et pour s’assurer que toutes les normes de sécurité étaient bien respectées.