Attentat à l'aéroport d'Istanbul: La Turquie frappée à onze reprises depuis près d'un an

TERRORISME L'attentat de l'aéroport d'Istanbul, qui s'est produit mardi soir, est la cinquième attaque kamikaze en Turquie depuis un an...

Clémence Apetogbor
— 
Illustration: Un drapeau turc.
Illustration: Un drapeau turc. — IPON-BONESS/SIPA

L’aéroport d’Istanbul a été frappé mardi soir par un triple attentat-suicide, qui a fait au moins 36 morts.

>> A lire aussi : Suivez la situation en direct

Il s’agit de la cinquième attaque kamikaze en Turquie depuis un an, la onzième depuis juillet 2015.

Voici un rappel des attentats des douze derniers mois dans le pays :

Le 20 juillet 2015, 34 personnes perdent la vie et une centaine d’autres sont blessées dans un attentat à Suruç, près de la frontière syrienne, visant de jeunes militants de la cause kurde. Il est attribué à Daesh.

Le 10 octobre 2015, un double attentat-suicide devant la gare principale d’Ankara lors d’un rassemblement prokurde fait 103 morts et plus de 500 blessés. Cette attaque, la plus meurtrière jamais survenue sur le sol turc, est attribuée par les autorités à Daesh.

Le 12 janvier 2016, 12 touristes allemands sont tués dans un attentat-suicide à Sultanhamet, dans le cœur historique d’Istanbul. L’attaque, attribuée à Daesh par les autorités, est perpétrée sur l’ancien hippodrome qui borde la basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue, de hauts lieux touristiques de la plus grande ville du pays.

Deux jours après, le 14 janvier 2016, l’explosion d’une voiture piégée visant le commissariat central de Cina, à 30 km de Diyarbakir, fait 6 morts dont un policier et cinq civils. L’attaque est revendiquée par les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui s’excusent pour la mort de civils.

Le 17 février 2016, l’explosion d’une voiture piégée conduite par un kamikaze en plein cœur d’Ankara fait 28 morts et quelque 80 blessés. L’attaque, qui visait des véhicules militaires, est revendiquée par les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), groupe radical proche du PKK.

Le 13 mars 2016  35 personnes sont tuées et plus de 120 blessées dans un attentat à la voiture piégée dans le centre d’Ankara, revendiqué par un groupe radical dissident du PKK, les TAK.

Six jours plus tard, le 19 mars 2016, 4 touristes sont tués à Istanbul (3 Israéliens dont deux ayant également la nationalité américaine et un Iranien) et 36 personnes blessées dans un attentat commis par un kamikaze qui se fait exploser sur la célèbre avenue Istiklal. Les autorités turques mettent en cause Daesh.

Le 31 mars 2016, ce sont  7 policiers qui sont tués et 27 personnes blessées dans un attentat à la voiture piégée à Diyarbakir, principale ville du sud-est à majorité kurde. L’attaque est revendiquée par le YPG, aile militaire du PKK.

Le 7 juin 2016, 11 personnes sont tuées, dont six policiers, dans un attentat à la voiture piégée contre un bus de policiers antiémeutes à Beyazit, quartier historique d' Istanbul. L’attaque est revendiquée trois jours après par les TAK. Le PKK avait initialement été accusé par le président Recep Tayyip Erdogan.

Le lendemain, le 8 juin 2016, six personnes ont trouvé la mort dans un attentat à la voiture piégée contre le siège de la police à Midyat (sud-est), revendiqué par le PKK.