Italie: Il truquait les appels d'offres grâce à un laparoscope, un instrument de chirurgie

ESCROQUERIE Les projets de travaux publics représentaient des sommes allant de 600.000 euros à 5 millions d’euros…

20 Minutes avec AFP

— 

La police a découvert dans une commune de Campanie, dans le sud de l'Italie, un ingénieux système de corruption reposant sur l'utilisation d'un instrument de micro-chirurgie pour truquer les appels d'offres.
La police a découvert dans une commune de Campanie, dans le sud de l'Italie, un ingénieux système de corruption reposant sur l'utilisation d'un instrument de micro-chirurgie pour truquer les appels d'offres. — Google Map

Le procédé était pour le moins insolite. La police a annoncé ce mardi avoir découvert dans une commune de Campanie, dans le sud de l’Italie, un ingénieux système de corruption reposant sur l’utilisation d’un instrument de micro- chirurgie pour truquer les appels d’offres.

Un laparoscope, instrument doté d’une caméra miniature habituellement utilisé par les chirurgiens pour visualiser l’intérieur de l’abdomen, était introduit dans les enveloppes des projets d’appels d’offres pour lire à l’avance leur contenu.

Informations contre pot-de-vin

Le président des commissions d’attribution des marchés publics de la commune, Angelo Mancini, pouvait ainsi favoriser les entreprises qui lui avaient versé un pot-de-vin, fixé à 7 % du montant des travaux à effectuer, en les informant du contenu des autres dossiers pour qu’ils s’alignent sur leurs prix. Au moment de l’ouverture des enveloppes, personne n’a jamais découvert le stratagème.

>> A lire aussi : Une quarantaine d'accusés jugés pour des actes mafieux à Rome

Ce sont les carabiniers de la commune de Benevento qui surveillaient les activités de certains entrepreneurs dans le cadre d’une autre affaire qui ont fini par découvrir l’ingénieux système et ont procédé à l’arrestation d’Angelo Mancini et de dix chefs d’entreprise corrompus.

Des biens immobiliers d’une valeur de plus d’un million d’euros et 250.000 euros en liquide, dont 140.000 euros cachés sous un matelas, ont été saisis. Les projets de travaux publics représentaient des sommes allant de 600.000 euros à cinq millions d’euros.