Brexit: Les Britanniques ont tranché et quittent l'UE

ROYAUME-UNI Londres, l’Ecosse et l’Irlande du Nord voulaient rester, tandis que le nord de l’Angleterre ou le Pays de Galles ont largement voté contre...

Clémence Apetogbor

— 

David Cameron après l'annonce des résultats du vote sur le Brexit, le 24 juin 2016
David Cameron après l'annonce des résultats du vote sur le Brexit, le 24 juin 2016 — Odd ANDERSEN / AFP

Les Britanniques ont décidé de quitter l’Union européenne. Ce désaveu pour la construction européenne a assommé les marchés mondiaux, en ouvrant une ère d’incertitude sans précédent depuis des décennies.

Selon les résultats définitifs publiés vendredi matin, 51,9 % des électeurs ont voté pour le Brexit lors du référendum de la veille, marqué par une participation importante (72,2 %).

>> Suivez en direct l'actualité de la journée

Le pays divisé

Les résultats montrent un pays divisé, avec Londres, l’Ecosse et l’Irlande du Nord qui voulaient rester, tandis que le nord de l’Angleterre ou le Pays de Galles ont largement voté contre.

Partisan du maintien dans l’UE, en première ligne pendant la campagne, le Premier ministre conservateur David Cameron en a rapidement tiré les conclusions en annonçant sa prochaine démission lors d’une brève allocution devant le 10, Downing Street.

>> A lire aussi : Economie, frontière, Ecosse... Quelles conséquences en cas de Brexit?

« Les Britanniques ont pris une décision claire (…) et je pense que le pays a besoin d’un nouveau leader pour prendre cette direction », a déclaré David Cameron, en précisant qu’il resterait en place jusqu’à l’automne et la désignation d’un nouveau leader par son parti.

David Cameron, qui avait été à l’origine du référendum, a ajouté qu’il appartiendrait à son successeur de lancer la négociation avec l’UE sur le processus de sortie de son pays du club des 28, devenus 27.

L’ensemble des marchés mondiaux a été gagné par la panique, les Bourses de Paris et Francfort plongeant d’environ 10 % avec des valeurs bancaires en déroute. « C’est l’un des plus gros chocs sur les marchés de tous les temps », a estimé Joe Rundle, analyste chez ETX Capital.

>> A lire aussi: Neuf choses que l'UE compte faire après la victoire du «leave»