Brexit: Entre cris de joie et tristesse, les politiques français divisés par les résultats

REACTIONS François Hollande doit s’exprimer après une réunion ministérielle prévue à 9h à l’Elysée...

L.B.

— 

Marine Le Pen.
Marine Le Pen. — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Ça y est, le Brexit n’est plus une hypothèse. Le Royaume-Uni claque la porte de l’Union européenne à l’issue du référendum de ce jeudi soir. Alors que la livre sterling dégringole -elle a perdu 12 cents face au dollar en quelques heures-, les premières réactions en France se font déjà entendre. En tête, les cris de joie du Front national alors que le président François Hollande doit s’exprimer après une réunion ministérielle prévue à 9h à l’Elysée.

>> Suivez l’évolution de la journée en direct par ici

« Les Français doivent avoir le droit de choisir ! »

Marion Maréchal-Le Pen n’a pas tardé à demander un référendum en France. « Il est désormais temps d’importer la démocratie dans notre pays. Les Français doivent avoir le droit de choisir ! », s’est enthousiasmée la députée du Vaucluse sur Twitter avant même l’annonce officielle des résultats du référendum sur le Brexit.

De même, Marine Le Pen a crié « Victoire de la liberté » sur le réseau social, en profitant pour changer sa photo de profil et mettre un drapeau anglais. Cette fois du même avis que sa nièce. « Comme je le demande depuis des années, il faut maintenant le même référendum en France et dans les pays de l’UE », a-t-elle lancé à son tour.

Un « saut dans l’inconnu »

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, n’a pas non plus caché sa joie face aux résultats du référendum. Dans ses pas, Eric Ciotti, député Le Républicains, en profite pour demander un nouveau traité pour « concentrer l’Europe sur l’essentiel et un nouveau Schengen pour lutter contre l’immigration irrégulière »

Tout comme Eric Ciotti (LR), qui réclame « un nouveau traité pour concentrer l’Europe sur l’essentiel ».

D’autres hommes et femmes politiques montrent un peu moins d’enthousiasme. L’eurodéputée Eva Joly s’est exprimée sur France Info, évoquant sa tristesse et parlant d’un « saut dans l’inconnu ». Sur LCI, l’ancien eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit lui donne raison. « Je croyais à un sursaut de rationalité », a-t-il lancé devant cette nouvelle.

Un « choc historique »

« Réveil amer » pour la ministre du Logement Emmanuelle Cosse qui pense que « le choix britannique doit conduire l’Europe à faire sa révolution démocratique ».

« Voilà ce qui se passe quand l’Europe est confisquée par les technocrates et les libéraux », a tranché a députée EELV Cécile Duflot.

A droite, du côté des Républicains, le cœur n’est pas non plus à la fête. Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite, parle d’un « choc historique » sur Europe 1. « Il faut écrire une nouvelle page de l’Europe », a-t-il poursuivi à l’antenne. Et le candidat à la primaire de la droite de prévenir qu’un « référendum, c’est une victoire sur un plateau pour Madame Le Pen ».