Six jeunes Britanniques face au Brexit

TEMOIGNAGES «20 Minutes» a recueilli les témoignages de sept jeunes Britanniques partagés entre peur et résignation face à la possible sortie de leur pays de l'Union européeenne...

Propos recueillis par Laure Cometti

— 

Harry, 21 ans, Londres.
Harry, 21 ans, Londres. — Laure Cometti / 20 Minutes
Niamh, 16 ans, Harlow.
Niamh, 16 ans, Harlow. - Laure Cometti / 20 Minutes

Niamh, 16 ans, Harlow : « Je n’ai pas peur du Brexit, je pense que notre pays s’en sortirait très bien en dehors de l’UE, il irait même mieux. Je vois plus de raison de quitter l’UE que d’y rester, je serais heureuse s’il y a un Brexit, tant de choses vont changer. Ce qui me fait peur, c’est que je ne peux pas encore voter. C’est injuste, car ce sont les jeunes qui sont concernés ».

 

Noël, 25 ans, Londres.
Noël, 25 ans, Londres. - Laure Cometti / 20 Minutes
Noël, 25 ans, Londres : « Un Brexit serait un désastre, une catastrophe. Je veux voyager, rencontrer des gens, or les pro-Brexit sont racistes, ils cherchent à nous diviser. »
 
Fatima, 23 ans, Londres.
Fatima, 23 ans, Londres. - Laure Cometti / 20 Minutes
Fatima, 23 ans, Londres : « Pour moi, le Brexit, c’est un mot stupide et à la mode, qui ne veut pas dire grand-chose. ça sonne bien, mais ceux qui le défendent n’ont pas vraiment réfléchi à toutes les conséquences ».
 
Harry, 21 ans, Londres.
Harry, 21 ans, Londres. - Laure Cometti / 20 Minutes

Harry, 21 ans, Londres : « J’ai peur du Brexit et c’est pour ça que je me suis engagé pour la première fois de ma vie dans une campagne. J’ai peur de la montée du nationalisme et de l’extrême droite. Si le Leave l’emporte, nous serions le premier domino à vaciller dans la chaîne européenne et l’UE pourrait connaître une grave crise. »

 

Leene, 24 ans, serveuse dans un restaurant à Glasgow.
Leene, 24 ans, serveuse dans un restaurant à Glasgow. - Laure Cometti / 20 Minutes
Leene, 24 ans, Glasgow : « Je ne sais pas trop quoi penser du Brexit. Je ne m’intéresse pas vraiment à la politique. Mais ma colocataire, une Italienne, m’a convaincue d’aller voter au référendum. Autant que ma voix serve à quelque chose, à lui éviter de devoir partir du Royaume-Uni alors qu’elle a construit sa vie ici. »

 

Matt, 18 ans, étudiant à Southampton.
Matt, 18 ans, étudiant à Southampton. - M.C

Matt, 18 ans, Southampton : « Le Brexit est une opportunité de rendre le pouvoir de décision et les choix aux électeurs britanniques. C'est au gouvernment que nous élisons de décider de nos lois, non pas à un groupe de 28 que le public britannique ne voit pas, n'élit pas et à qui il ne peut pas demander des comptes. »

 
Sophie, 20 ans, étudiante à Glasgow.
Sophie, 20 ans, étudiante à Glasgow. - Laure Cometti / 20 Minutes
 

>> A lire aussi : Les jeunes britanniques sont-ils la clé du référendum sur le Brexit?

Sophie, 20 ans, Glasgow : « J’ai peur du Brexit : ce serait un désastre pour notre économie et pour la liberté de circuler en Europe. Je pars en Erasmus dans 3 mois et le Brexit va à l’encontre de cette liberté d’étudier à l’étranger. Ma grand-mère (à droite sur la photo) hésitait à voter Remain, mais elle a consulté ses petits-enfants et elle va voter pour notre futur soit dans l’Europe. »