Disney devrait installer des panneaux de sécurité après la mort d'un enfant happé par un alligator

ACCIDENT Les alligators sont très répandus en Floride mais n’attaquent l’homme que très rarement...

20 Minutes avec AFP

— 

Des panneaux indiquant la fermeture des plages ont été installés à Disney World, en Floride
Des panneaux indiquant la fermeture des plages ont été installés à Disney World, en Floride — SIPANY/SIPA

Deux jours après la mort d’un petit garçon de deux ans, happé par un alligator dans le domaine de Disney World d’Orlando, les médias américains ont annoncé ce vendredi que l’entreprise allait installer des pancartes informant des dangers.

Ces panneaux exposeront explicitement le danger représenté par la présence possible d’alligators, selon ces médias, citant des « sources proches du dossier ».

Révision des procédures de sécurité

Jeudi, Disney avait déjà annoncé « une révision rapide et en profondeur » de toutes les procédures de sécurité. « Cela inclut le nombre, l’emplacement et le contenu des panneaux » d’information du public, avait précisé Jacquee Wahler, une porte-parole du géant des médias et du divertissement, dans un communiqué.

Le garçonnet a été happé par un alligator sur la plage d’un lac artificiel. Son corps a été retrouvé mercredi après de longues heures de battues dans les lacs du célèbre parc d’attractions, « intact » et vraisemblablement noyé par l’animal.

Des attaques rares contre les hommes

Le lac artificiel, qui se trouve sur le domaine d’un luxueux complexe hôtelier, le Disney Grand Floridian, est interdit à la baignade mais rien ne prévient pas les promeneurs de la présence d’alligators. Or ce bassin est relié à un lac naturel et les alligators, très répandus en Floride, peuvent franchir des langues de terres séparant des cours d’eau.

Cinq alligators ont d’ailleurs été découverts dans les eaux du parc pendant les battues pour retrouver l’enfant. Disney World a fermé toutes les plages du domaine.

Les alligators sont très répandus en Floride mais n’attaquent l’homme que très rarement. C’est la première fois que le parc déplore un tel décès en 45 ans.