Syrie: Kerry prévient Moscou que la patience des États-Unis est «limitée»

DIPLOMATIE La patience de Washington est même très limitée...

C. A. avec AFP

— 

John Kerry à Munich, le 13 février 2016.
John Kerry à Munich, le 13 février 2016. — Matthias Schrader/AP/SIPA

La patience des Etats-Unis a ses limites.

Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a adressé de mercredi une mise en garde à la Russie et Bachar al-Assad sur la nécessité de respecter la cessation des hostilités.

 

« La Russie doit comprendre que notre patience n’est pas infinie. En fait, elle est même très limitée quant au fait de savoir si Assad va ou non être mis devant ses responsabilités » et faire taire les armes sous la pression de son allié russe, a déclaré le secrétaire d’État à Oslo.

Une patience « très limitée »

« La Russie doit comprendre que notre patience n’est pas infinie. En fait, elle est même très limitée quant au fait de savoir si Assad  devra ou être mis devant ses responsabilités » et faire taire les armes sous la pression de son allié russe, a déclaré le secrétaire d’État à Oslo.

Bien que parrains de la trêve et du processus de paix, les États-Unis et la Russie s’opposent sur la question du départ d’Assad, cruciale dans le cadre du règlement d’un conflit qui a déjà fait 280.000 morts et des millions de réfugiés en plus de cinq ans.

Départ non négociable

Pour Washington, le départ du président syrien n’est pas négociable, alors que pour le Kremlin, seuls les électeurs syriens ont le droit de décider de son sort. Les États-Unis sont « aussi prêts à demander des comptes aux (groupes armés) membres de l’opposition » soupçonnés d’exactions ou qui « continuent les combats en violation du cessez-le-feu », a poursuivi John Kerry.

Trois rounds de négociations indirectes entre le régime syrien et l’opposition ont été organisés cette année à Genève sous l’égide de l’ONU mais n’ont abouti à aucune avancée. Début juin, Bachar al-Assad a même promis de reconquérir « chaque centimètre » de son pays, éloignant l’espoir d’une cessation durable des hostilités.