Attentat d'Orlando: L'échange de SMS déchirant entre une mère et son fils à l'intérieur du club

ETATS-UNIS Mina Justice n'a plus de nouvelles depuis l'attaque...

M.C.

— 

Mina Justice n'a pas de nouvelles de son fils Eddie, avec qui elle a échangé des SMS alors qu'il se trouvait dans le club.
Mina Justice n'a pas de nouvelles de son fils Eddie, avec qui elle a échangé des SMS alors qu'il se trouvait dans le club. — Tamara Lush/AP/SIPA

Angoisse insoutenable. Alors que l’identification des victimes de l’attaque terroriste d’Orlando se poursuit, les proches des personnes qui se trouvaient à l’intérieur attendent des nouvelles, un signe de vie. Partagés entre l’espoir et la peur que le pire soit arrivé, ils guettent toutes les informations émanant de la scène du crime.

>> A lire aussi : Suivez la situation en direct

Mina Justice raconte à l’agence Associated Press qu’elle a été réveillée à 2h06 par un texto de son fils Eddie, âgé de 30 ans. « Maman, je t’aime ». « Ils tirent dans la boîte ». Elle tente de l’appeler mais il ne décroche pas. « Je suis enfermé dans les toilettes », écrit Eddie une minute plus tard. « Au Pulse, dans le centre-ville, appelle la police ». « Je vais mourir », ajoute-t-il à 2h08.

« Appelle-les maman. Tout de suite ». « Il vient ». « Je vais mourir ».

Mina Justice compose alors le 911, sans connaître précisément la situation. S’ensuit un échange de SMS décousus et espacés dans le temps avec son fils : « Je les appelle ». « Tu es toujours là-dedans ? ». « Réponds au téléphone ». A 2h39, elle reçoit enfin une réponse : « Appelle-les maman. Tout de suite ». « Il vient ». « Je vais mourir ».

>> A lire aussi : Un contexte de crispation anti-homosexuels aux Etats-Unis

Elle lui demande alors s’il y a des blessés : « Beaucoup. Oui », répond-il. « Ecris-moi s’il te plaît », demande quelques minutes plus tard Mina Justice, inquiète de ne pas avoir de nouvelles. « Non. Toujours dans les toilettes. Il nous tient. Il faut qu’ils viennent. ».

>> A lire aussi : Ce que l'on sait sur Omar Mateen, le tueur présumé

A 2h49, la mère informe son fils que la police est sur place et lui demande de la prévenir quand il verra les agents. « Dépêche-toi. Il est dans les toilettes avec nous », répond Eddie. Puis : « C’est un terroriste ». « L’homme est dans les toilettes ? », écrit-elle. « Oui », reçoit-elle à 2h51. Elle n’a plus de nouvelles de son fils depuis.