Sanders continue mais promet à Obama de tout faire pour bloquer Trump

ETATS-UNIS Malgré la victoire mathématique d'Hillary Clinton, le candidat refuse pour l'instant de capituler...

Philippe Berry
— 
Le candidat démocrate Bernie Sanders a rencontré Barack Obama à la Maison Blanche le 9 juin 2016.
Le candidat démocrate Bernie Sanders a rencontré Barack Obama à la Maison Blanche le 9 juin 2016. — P.Monsivais/AP/SIPA

Le ton était moins combatif que mardi soir. Mais le message de Bernie Sanders, à l'issue de sa rencontre avec Barack Obama à la Maison Blanche, n'a pas vraiment changé: il continue, au moins pour l'instant. Dans la foulée, Obama a apporté son soutien officiel à Hillary Clinton, et devrait faire pression sur Sanders pour qu'il se range derrière la candidate présumée dans les prochaines semaines.

Sanders a confirmé qu'il ferait campagne pour le dernier scrutin de la primaire, à Washington D.C., la semaine prochaine. Ensuite, c'est un mystère. Mardi, il avait juré qu'il continuerait le combat «jusqu'à la Convention» démocrate, fin juillet à Philadelphie, et qu'il se battrait «pour chaque voix et chaque délégué». Selon les observateurs, Sanders veut surtout faire pression sur Hillary Clinton pour la forcer à mettre le cap à gauche et pas au centre.

«Donald Trump serait un désastre»

Se ralliera-t-il à Hillary Clinton le moment-venu? «Je suis impatient de la rencontrer prochainement pour voir comment nous pouvons travailler ensemble pour vaincre Donald Trump et créer un gouvernement qui nous représente tous», a déclaré Sanders après un entretien d'une heure avec le président américain. «Dans mon esprit, et dans celui d'une majorité d'Américains, Donald Trump serait clairement un désastre en tant que président des Etats-Unis», a souligné le candidat, promettant de faire «tout ce qui est en son pouvoir» pour que cela n'arrive pas.

Sanders, 74 ans, est revenu sur l'enthousiasme des jeunes électeurs dans ce qu'il qualifie de «mouvement» et de «révolution». Au total, il a conquis quelque 12 millions de voix sur les 27 millions d'électeurs qui ont participé aux primaires démocrates.

Trump en embuscade

Obama espère parvenir à une solution d'ici «deux semaines». Il sait qu'il ne peut pas forcer la main à Sanders, sous peine de braquer ses supporteurs. A l'heure actuelle, 25% de ses électeurs jurent qu'ils ne voteront jamais pour Hillary Clinton. Le chiffre était le même en 2008 entre ceux de Clinton et d'Obama. Mais après environ une semaine, Clinton avait fini par apporter son soutien officiel à son adversaire, et toute la famille s'était réconciliée.

Donald Trump, lui, espère bien semer la zizanie. Sur plusieurs thèmes, comme les traités commerciaux et son rejet de Washington, il est proche du message de Sanders. Il l'a déjà clamé haut et fort: il est prêt à accueillir «à bras ouverts» les supporteurs du candidat démocrate.