Le Parti des travailleurs du Kurdistan revendique l'attentat de mercredi au sud-est de la Turquie

TURQUIE L’attentat à la voiture piégée qui a eu lieu mercredi contre le siège de la police à Midyat a tué six personnes…

20 Minutes avec AFP
— 
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a désigné les rebelles kurdes du PKK comme responsables de l’attentat à la voiture piégée mardi 7 juin 2016 à Istanbul.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a désigné les rebelles kurdes du PKK comme responsables de l’attentat à la voiture piégée mardi 7 juin 2016 à Istanbul. — YASIN BULBUL / AFP

Soupçonné par les autorités Turcs d’être à l’origine des deux attaques survenus cette semaine à Istanbul puis dans le sud-est du pays, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a finalement revendiqué ce dernier attentat à la voiture piégée contre le siège de la police à Midyat, ville en majorité kurde de la Turquie, qui avait provoqué la veille la mort de six personnes, dont trois policiers.

« Un acte de sacrifice »

« Une attaque suicide d’envergure a été commise contre le siège de la police de l’Etat fasciste à Midyat par un de nos camarades », a souligné dans un communiqué l’aile militaire dece mouvement indépendantiste kurde en lutte contre le pouvoir central turc depuis 1984. Le communiqué évoque « un acte de sacrifice », expression qui désigne dans la terminologie du groupe un attentat suicide, de la part d’un combattant ayant rejoint le PKK à partir de Diyarbakir, chef-lieu du sud-est anatolien.

Plusieurs attentats meurtriers ayant visé ces dernières semaines les forces de sécurité turques ont été revendiqués par les rebelles kurdes ou leur ont été attribués par les autorités. Mardi, à Istanbul, une voiture piégée a explosé au passage d’un véhicule de transport de la police, provoquant la mort de 11 personnes, dont six policiers. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a montré du doigt le PKK qui a repris l’été dernier la lutte armée contre les forces d’Ankara après une accalmie de deux ans.