Un policier italien tue un migrant qui lui aurait donné un coup de couteau

FAITS DIVERS Le drame s'est déroulé dans un campement en Calabre...

20 Minutes avec AFP

— 

Des migrants reçoivent des soins à leur arrivée dans le port de Catania, le 26 août 2015 en Italie
Des migrants reçoivent des soins à leur arrivée dans le port de Catania, le 26 août 2015 en Italie — Dario Azzaro AFP

Un policier a abattu mercredi un migrant qui lui avait donné un coup de couteau pendant une rixe dans une zone du sud de l'Italie où les tensions sont vives entre habitants, migrants et policiers, ont rapporté les médias.  Il n'a pas été possible d'obtenir confirmation de la part des policiers ou des autorités judiciaires locales dans l'immédiat.

>> A lire aussi : Italie: Près de 4.000 migrants sauvés en deux jours dans le canal de Sicile

Un campement qui abrite des milliers de personnes

La rixe semble avoir débuté quand un migrant a accusé un autre de l'avoir volé dans le grand campement de San Fernandino, près de Rosarno en Calabre. Ce campement abrite des milliers de personnes, qui travaillent pour la plupart dans les champs d'orangers de la région.

Quand deux policiers sont intervenus pour tenter de rétablir le calme, l'un des migrants, dont la nationalité n'a pas été précisée, a sorti un couteau et frappé l'un des policiers, qui a répliqué en tirant, selon les médias italiens qui rapportent l'incident. La Repubblica raconte qu’il s’agirait d’un immigré malien de 26 ans, nommé Triore Sekine.

>> A lire aussi : Migrants: Les dessous du premier transfert de l’Italie vers la Suède

Climat de tension

Rosarno est connue en Italie pour le climat de tension qui y règne entre les travailleurs saisonniers, dont beaucoup viennent d'Afrique subsaharienne, les forces de sécurité et les habitants. Les affrontements y sont fréquents. En 2010, plus d'un millier d'Africains ont dû fuir la ville après deux jours de violences ayant fait 67 blessés.

L'organisation Médecins sans frontières critique régulièrement l'attitude des autorités italiennes et locales face aux migrants, dont beaucoup sont en situation régulière, estimant que les campements où vivent nombre de travailleurs saisonniers sont parfois pires que les camps de réfugiés en Afrique.

>> A lire aussi : Crise des migrants: Quatre idées reçues sur les réfugiés