Papouasie-Nouvelle-Guinée: La police ouvre le feu sur des étudiants

OCEANIE Jusqu'à huit personnes auraient été blessées, selon les médias locaux...

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Peter O'Neill.
Le Premier ministre de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Peter O'Neill. — Firdia Lisnawati/AP/SIPA

La police de Papouasie-Nouvelle-Guinée a ouvert le feu mercredi sur des étudiants qui manifestaient à Port-Moresby, la capitale, et jusqu’à huit personnes auraient été blessées, ont rapporté les médias.

Les étudiants boycottent les cours depuis un mois pour protester contre le refus du Premier ministre Peter O’Neill de se soumettre à un mandat d’arrêt qui a été lancé contre lui en raison de soupçons de corruption.

Selon les médias locaux, les heurts ont éclaté au moment où les étudiants s’apprêtaient à manifester jusqu’au Parlement, où le Premier ministre doit affronter une motion de défiance.

« Ils ont tiré dans la foule »

« Ils ont tiré, ils ont tiré directement dans la foule », a déclaré un étudiant, Gerald Peni, à la Australian Broadcasting Corporation. « Beaucoup d’étudiants sont tombés, ils ont été blessés, on ne sait pas pour le moment combien il y a de victimes ».

La chaîne papouasienne EMTV a déclaré sur Twitter que huit personnes avaient été blessées. La police de Port-Moresby a déclaré à l’AFP qu’elle ne pouvait ni confirmer ni démentir ces informations.