VIDEO. Primaire démocrate: Hillary Clinton a gagné (sauf si des super-délégués changent d'avis)

ETATS-UNIS Bernie Sanders, lui, refuse de reconnaître sa victoire, alors que la Californie et cinq autres Etats votent ce mardi...

P.B. avec AFP

— 

La démocrate Hillary Clinton lors d'un meeting de campagne à Los Angeles (ouest), le 6 juin 2016
La démocrate Hillary Clinton lors d'un meeting de campagne à Los Angeles (ouest), le 6 juin 2016 — DAVID MCNEW GETTY IMAGES NORTH AMERICA

L’affaire est presque dans le sac. La démocrate Hillary Clinton a passé lundi la barre du nombre de délégués lui assurant de devenir la première femme à briguer la Maison Blanche pour l’un des deux grands partis américains, selon l’agence AP et des chaînes américaines.

Mais la candidate n’a pas crié victoire, craignant une démobilisation lors du dernier «super mardi» des primaires dans six Etats dont la Californie, où son poursuivant Bernie Sanders espère arracher une victoire symbolique. Et le sénateur du Vermont a immédiatement dénoncé la précipitation médiatique, affirmant que sa rivale ne pourrait pas revendiquer de victoire avant la convention d’investiture de Philadelphie, fin juillet.

>> A lire aussi : Pourquoi les scrutins de mardi s'annoncent passionnants

Les « super-délégués » peuvent encore changer d’avis

Selon l’agence de presse Associated Press, l’ancienne secrétaire d’Etat a dépassé la majorité absolue de 2.383 délégués nécessaire pour l’investiture, en comptant les délégués remportés lors des primaires et les superdélégués, ces responsables et élus du parti disposant du droit de vote à la convention de Philadelphie, du 25 au 28 juillet. Les chaînes NBC et ABC ont dans la foulée déclaré Hillary Clinton vainqueur des primaires, même si l’investiture ne sera officielle qu’après le vote de la convention.

Le problème, c’est que ce décompte mélange 4.051 délégués, élus lors des primaires, et 712 super-délégués, des cadres du parti démocrate. Et si la plupart ont déjà promis leur vote à Hillary Clinton, ils peuvent encore changer d’avis à la dernière minute, en cas d’ennuis judiciaires, ou, espère Sanders, s’il s’impose nettement en Californie et termine très près de son adversaire (hors super-délégués). Bref, ce n’est pas encore complètement terminé, et on devrait en savoir plus ce mardi soir en fonction des résultats.