«J'ai 20 ans, je suis métisse noir-hispanique, et je vote Trump»

REPORTAGE Des étudiants sont venus afficher leur soutien au candidat républicain lors d'un meeting à Sacramento, mercredi...

Philippe Berry

— 

Jaeden et Daniel, deux étudiants qui supportent respectivement Donald Trump et Bernie Sanders.
Jaeden et Daniel, deux étudiants qui supportent respectivement Donald Trump et Bernie Sanders. — P.BERRY/20 MINUTES

Certes, il n’a pas provoqué des embouteillages monstres comme Bernie Sanders, la veille. Mais Donald Trump a fait une entrée triomphante, à Sacramento, mercredi, atterrissant à bord de son avion « Trump Force One » avant de sortir sur le tarmac face à 3.000 supporteurs rassemblés dans un hangar. Et si la foule était principalement composée d’Américains de plus de 40 ans, quelques étudiants californiens avaient fait le déplacement.

Jaeden ne ressemble pas au supporteur traditionnel du candidat milliardaire. « J’ai 20 ans, je suis métisse noir-hispanique et je vote pour Trump », lance-t-il avec un grand sourire. « J’en ai marre du politiquement correct, ça fait du bien de voir un candidat qui parle sans filtre. Parfois, il choque mais c’est la beauté de la liberté d’expression. » N’est-il pas gêné par les sorties du républicain sur les Mexicains et les musulmans ? Il hoche la tête. « Les gros titres des journaux sont réducteurs, quand on écoute la totalité de son discours, il est pragmatique. Il veut favoriser l’immigration légale. »

Les supporteurs de Sanders, la nouvelle cible de Trump

Jaeden le reconnaît en riant, « la plupart de mes amis sont des supporteurs de Bernie Sanders », comme Daniel, venu avec lui en curieux. Alors que le candidat socialiste ne sera sans doute pas le champion des démocrates en novembre, ce jeune partisan se trouve face à un dilemme : voter Trump ou Clinton. « Je n’ai pas encore décidé à 100 % mais je penche pour Trump. Hillary pue l’opportunisme. Elle n’a aucune conviction ».

Selon Daniel, « Trump et Sanders sont des candidats anti-système, et ils sont tous les deux opposés aux accords de libre-échange et à l’interventionnisme américain » sur la scène internationale. Sans compter que Trump est bien plus modéré que de nombreux républicains sur les questions sociales comme le mariage gay ou le débat sur les toilettes pour la communauté trans.

20 % des supporteurs de Sanders prêts à voter Trump

Daniel est-il un cas isolé ? Donald Trump répète souvent qu’il pense pouvoir « convertir » des supporteurs de Bernie Sanders. Sur le papier, cela sera sans doute compliqué chez 18-29 ans, qui ont une image négative du candidat milliardaire à 75 %. Mais Clinton ne fait pas beaucoup mieux chez les jeunes. Et s’ils restent chez eux en novembre, cela sera un handicap pour la démocrate.

La vraie cible de Trump et de son message populiste, ce sont les ouvriers démocrates désabusés, surtout dans des Etats industriels ou agricoles comme l’Ohio ou la Pennsylvanie, qu’il devra remporter s’il veut avoir une chance. Selon un sondage du Washington Post, 20 % des supporteurs de Sanders se disent prêts à voter Trump. Cela explique en partie pourquoi le républicain et Hillary Clinton sont désormais au coude à coude.