Burundi: 300 élèves suspendus pour avoir dégradé des photos du président

EDUCATION Yeux troués, gribouillages ou propos insultants ont été retrouvés sur les photos du président dans un manuel de Sciences Humaines...

20 Minutes avec agences

— 

Le président burundais Pierre Nkurunziza à Bujumbura, le 17 mai 2015
Le président burundais Pierre Nkurunziza à Bujumbura, le 17 mai 2015 — CARL DE SOUZA AFP

On ne plaisante pas avec la figure présidentielle au Burundi. Plus de 300 collégiens de Ruziba, dans la périphérie sud de la capitale Bujumbura, ont été renvoyés de leur école depuis vendredi.

Leur crime ? Il y a une semaine, la direction de l’Ecole fondamentale de Ruziba I, a découvert que sur la quarantaine de livres utilisés par les élèves âgés de 14 à 16 ans de cinq classes de 8e année, la photo du président burundais Pierre Nkurunziza avait subi des dégradations.

>> A lire aussi : Burundi: le Conseil de sécurité à la rencontre de Nkurunziza après une nuit de violences

« Nous avons demandé pardon (…) mais la direction n’a rien voulu savoir »

Yeux troués, gribouillages ou propos insultants composent l’essentiel du crime de lèse-majesté. Les élèves ne « reprendront les cours qu’après avoir dénoncé les responsables de ce crime », a prévenu la direction de l’école selon un parent d’élève. L’homme a ajouté : « Hier (mercredi), au cours d’une rencontre avec la direction, nous avons demandé pardon, nous avons proposé d’acheter de nouveaux manuels scolaires, mais la direction n’a rien voulu savoir ».

La tension semble pourtant retomber. Le directeur de l’établissement, Yves Marimba, a assuré qu'« une solution a été trouvée », sans pour autant préciser la date du retour des enfants punis collectivement. D’autant que les dégradations sont remontées au plus haut niveau.

Les soldats sont venus fermer à clé toutes les classes de 8e année

Un professeur ayant requis l’anonymat a expliqué : « Tout le monde a peur car c’est le SNR [service national de renseignement qui dépend directement de la présidence] qui a pris l’affaire en mains et ce sont des soldats de la position de Ruziba qui sont venus fermer à clé toutes les classes de 8e année ».

Le sous-quartier de Ruziba dans la zone de Kanyosha, dans le sud de la capitale burundaise, est considéré comme un fief du principal opposant burundais, Agathon Rwasa. Le Burundi est plongé dans un climat de tension depuis la réélection le 24 juillet du président Nkurunziza pour un troisième mandat. Les violences ont déjà fait plus de 500 morts et poussé plus de 270.000 personnes à quitter le pays