Migrants: L'ONG Sea Watch diffuse la photo d'un bébé mort noyé

REFUGIES « Ces images tragiques doivent être vues […] car les tragédies sont la conséquence de la politique étrangère européenne », estime l’organisation non gouvernementale allemande…

20 Minutes avec agence

— 

Des migrants s'apprêtent à monter à bord de  l'Aquarius, navire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) lors d'une opération de sauvetage le 24 mai 2016 en Méditerranée au large de la Libye
Des migrants s'apprêtent à monter à bord de l'Aquarius, navire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) lors d'une opération de sauvetage le 24 mai 2016 en Méditerranée au large de la Libye — GABRIEL BOUYS AFP

« Si vous ne voulez pas voir ces images, arrêtez de les produire ! » Ces images, c’est notamment celle diffusée ce lundi par Sea Watch qui souhaite alerter l’Union européenne sur les conséquences de sa politique étrangère. Sur le cliché insoutenable pris en gros plan figure  un enfant noir probablement âgé de quelques mois (attention image choquante) gisant dans les bras de l’un des sauveteurs de cette organisation non gouvernementale (ONG) allemande.

>> A lire aussi : Aylan, 3 ans, enfant de l’«humanité naufragée»

« Donner une forme d’expression à l’incompréhensible »

Dans un e-mail envoyé à l’agence de presse Reuters, Martin explique avoir vu l’enfant flotter sur l’eau « comme une poupée, les bras tendus ». Ce père de trois enfants a alors pris dans ses bras la petite victime pour la bercer une dernière fois : « J’ai commencé à chanter pour soulager ma douleur, et pour donner une forme d’expression à l’incompréhensible. »

« Ces images tragiques doivent être vues par la société européenne car les tragédies sont la conséquence de la politique étrangère européenne », a, pour sa part, expliqué Sea Watch, dans un communiqué repris par Reuters.

Il voyageait avec 349 autres réfugiés à bord d’une embarcation de fortune

L’ONG n’a donné ni l’âge ni le nom de ce poupon décédé qui voyageait, ce 27 mai, avec 349 autres réfugiés à bord d’une embarcation de fortune au large des côtes libyennes lorsque celle-ci a chaviré. « Beaucoup d’entre eux étaient déjà morts lorsque l’équipe Sea Watch est arrivée », précise l’organisation, qui participe aux sauvetages de migrants en Méditerranée et estime que « la gravité de la situation exige la publication » de ces photos.

« Dans le sillage de ces événements terribles, il devient clair que les appels des politiciens européens à mettre un terme à ces morts en mer ne sont que des mots », lance dans le communiqué Harald Höppner, fondateur de l’ONG allemande dans le communiqué.

Des entrées légales et en sécurité

« Seul l’établissement de nouveaux systèmes assurant des entrées légales et en sécurité dans l’UE peut finalement conduire à en finir avec cette tragédie humanitaire », poursuit Sea-Watch qui en appelle à « la société civile » pour pousser les responsables européens à agir.

Pour rappel, près de 700 réfugiés auraient trouvé la mort la semaine passée dans trois naufrages en Méditerranée, au large de la Libye.