VIDEO. Japon: A Hiroshima, «la mort est tombée du ciel» affirme Barack Obama

JAPON Il est le premier président américain en exercice à se rendre dans la ville, bombardée par les Etats-Unis le 6 août 1945...

Au Japon, Mathias Cena

— 

Barack Obama embrasse un survivant de l'explosion atomique d'Hiroshima, le 17 mai 2016.
Barack Obama embrasse un survivant de l'explosion atomique d'Hiroshima, le 17 mai 2016. — JOHANNES EISELE / AFP

« Il y a 71 ans, la mort est tombée du ciel ». Barack Obama, après avoir déposé une couronne de fleurs devant le cénotaphe du mémorial de la paix d’Hiroshima et s’être recueilli quelques instants, les yeux fermés, au côté du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, s’est adressé ce vendredi à l’assistance formée notamment de « hibakusha », les survivants de la bombe atomique qui a fait plus de 210.000 morts au Japon, en août 1945.

Après une visite d’une quinzaine de minutes à l’intérieur du musée du mémorial de la paix d’Hiroshima, dont les médias étaient tenus à l’écart, Barack Obama, premier président américain en exercice à se rendre dans la ville dévastée par le feu nucléaire il y a 71 ans, a rappelé ce moment, le 6 août 1945, qui a « démontré que l’humanité avait les moyens de se détruire elle-même ».

Il n’a, comme prévu, pas présenté d’excuses au nom de l’Amérique, mais s’est interrogé : « Pourquoi sommes-nous venus ici, à Hiroshima ? Nous sommes venus réfléchir à cette force terrible libérée dans un passé pas si lointain. Nous sommes venus pour rendre hommage aux morts. « Leurs âmes nous parlent, elles nous demandent de nous interroger sur nous-mêmes ».

Accolade avec un survivant de la bombe atomique

Après avoir rendu hommage aux « 60 millions de personnes mortes pendant la guerre », qui « n’étaient pas si différentes de nous », le président américain a fait le vœu d’un monde sans armes nucléaires. « Depuis ce jour fatidique, nous avons fait des choix qui nous donnent de l’espoir », a déclaré Barack Obama, avec en arrière-plan le « dôme de la bombe atomique », le seul bâtiment encore debout dont l’armature squelettique témoigne de la puissance de la bombe A.

>> A lire aussi : Soixante-dix ans après, le Japon paie encore le prix de Hiroshima et Nagasaki

Rappelant le lien qui unit aujourd’hui le Japon et les Etats-Unis, « pas seulement une alliance, mais une amitié », il a estimé que « chaque acte d’agression entre nations, chaque acte de terrorisme et de corruption, de cruauté ou d’oppression que l’on voit autour du monde nous montre que notre tâche n’est pas accomplie. » « Nous devons changer de mentalité à propos de la guerre elle-même, pour prévenir les conflits par la diplomatie, et œuvrer pour résoudre ceux qui ont éclaté. »

Après un bref discours de Shinzo Abe, Barack Obama s’est entretenu quelques instants avec des survivants de la bombe atomique, serrant longuement la main de l’un, Sunao Tsuboi, qui lui parlait avec animation et en souriant. A un autre, Shigeaki Mori, qui ne peut retenir ses larmes, il donne l’accolade, visiblement ému, avant de s’éloigner en direction du dôme de la bombe en compagnie du Premier ministre japonais, et de regagner sa voiture, refermant une visite historique effectuée au pas de course.