Crash du vol d'Egyptair: L'hypothèse d'une explosion à bord n'est qu'une «simple supposition»

CATASTROPHE Aucune piste n’est pour l’heure privilégiée par les enquêteurs, qui sont toujours à la recherche des boîtes noires de l'avion…

Clémence Apetogbor

— 

Un soldat français au dessus des eaux territoriales égyptiennes.
Un soldat français au dessus des eaux territoriales égyptiennes. — ALEXANDRE GROYER / MARINE NATIONALE / AFP

Les autopsies réalisées sur les corps repêchés après lecrash du vol MS804 d’ EgyptAir, qui s’est abîmé jeudi au large de l’île grecque de Karpathos, ne permettent pas encore de confirmer l’hypothèse d' une explosion à bord de l’Airbus A320, a déclaré le responsable égyptien des enquêteurs médico-légaux. Hicham Abdel-Hamid parle de « simples suppositions, qui n’émanent pas de l’institut ». Plusieurs médias, dont l’agence américaine Associated Press, avaient indiqué plus tôt dans la journée que l’analyse des parties de corps repêchées montraient qu’il y avait eu une explosion, sur la foi des indications d’un autre médecin légiste.

Des experts et des sources proches de l’enquête ont assuré à l’AFP que les informations publiées dans la presse ne permettaient en aucun cas de tirer une quelconque conclusion sur les causes du crash.

« Aucune trace d’explosif n’a été décelée pour l’heure »

« Dans un avion qui tombe, il y a forcément une explosion à un moment ou un autre, qui réduit l’appareil en pièces, que ce soit en l’air – le résultat d’une explosion due à une avarie ou un acte criminel –, ou quand l’appareil touche la mer, après une chute de 11 km de haut comme pour l’EgyptAir », a commenté l’une de ces sources. « Cela ne fait pas avancer l’enquête, à moins qu’on ne trouve une trace d’explosif, ce qui n’est pas le cas à ce stade », selon cette source.

« Aucune trace d’explosif n’a été décelée pour l’heure sur des débris ou des membres », a par ailleurs assuré une autre source.

« S’il s’agit de traces de brûlures [les traces sur les corps], on a quand même un doute. C’est un incendie dans l’avion, ou une explosion », estime de son côté Gérard Feldzer, consultant transports de BFMTV. « En revanche, si l’on a des traces d’explosif, et cela peut arriver, là on lève le doute, et il s’agit d’un attentat. Il faut attendre d’avoir davantage de précisions pour lever le doute entre l’explosion ou le feu à bord ».

Aucune piste n’est par conséquent privilégiée par les enquêteurs, cinq jours après la disparition du vol MS804, qui effectuait la liaison Paris-Le Caire avec 56 personnes et 10 membres d’équipage à bord.

>> A lire aussi : La traque des boîtes noires du vol Egyptair se poursuit