Chili: Il tente de se suicider en se jetant dans la fosse aux lions

ZOO Franco Luis Ferrada Roman a été hospitalisé dans un état grave, deux fauves ont été abattus…

H. B.

— 

Deux lions ont été abattus lors de cette tentative de suicide (illustration).
Deux lions ont été abattus lors de cette tentative de suicide (illustration). — Thomas Heaton/REX/REX/SIPA

L’expression « se jeter dans la fosse aux lions » prend ici tout son sens. Un jeune homme de 20 ans, qui voulait visiblement mettre fin à ses jours, a sauté nu dans la fosse aux lions du zoo de Santiago du Chili. L’homme a été sauvé in extremis par les gardiens du parc, qui ont été contraints d’abattre deux fauves.

La terrible scène s’est déroulée sous les yeux des visiteurs du zoo, parmi lesquels de nombreux enfants.

>> A lire aussi : En Russie, un lionceau attaque un enfant

Les lions ont commencé à jouer avec lui

Ce samedi matin, Franco Luis Ferrada Roman s’était rendu au parc de Santiago avec la ferme idée de se suicider. « Nous pensons que cette personne est entrée comme visiteur et a payé son billet », explique Alejandra Montalva, la directrice du zoo, cité par le Daily Mail. L’homme s’est d’abord déshabillé puis il a pénétré entièrement nu dans l’enclos où se trouvaient deux lions d’Afrique, un mâle et une femelle.

« Il est entré dans l’enceinte par le haut et les lions ont commencé à jouer avec lui et ensuite ils l’ont attaqué », raconte Cynthia Vasquez, une des visiteuses. Les gardiens, qui auraient mis du temps à intervenir, n’ont eu d’autre choix que d’abattre les fauves.

>> A lire aussi : Le lion Cecil, tué lors d'une partie de chasse, serait grand-père de huit lionceaux

Dans une lettre retrouvée dans ses affaires, le jeune homme explique qu’il souhaitait mourir car il craignait la fin du monde et l’Apocalypse.

La scène, qui a été filmée par des visiteurs, a rapidement été diffusée sur les réseaux sociaux, suscitant de nombreuses réactions, notamment sur Twitter.

Certains se demandent pourquoi les gardiens du zoo ont tué les animaux, au lieu de les endormir. La directrice de l’établissement aurait alors précisé que les gardiens avaient suivi « le protocole établi », le zoo ne disposant pas de tranquillisants.