Ioulia Timochenko en tête des législatives en Ukraine

© 2007 AFP

— 

La formation de Mme Timochenko et celle du président Viktor Iouchtchenko, alliés lors de la Révolution orange pro-démocratique de 2004, obtiennent un total cumulé de 44,9% à 45,7% des suffrages, selon trois sondages de sortie des urnes.
La formation de Mme Timochenko et celle du président Viktor Iouchtchenko, alliés lors de la Révolution orange pro-démocratique de 2004, obtiennent un total cumulé de 44,9% à 45,7% des suffrages, selon trois sondages de sortie des urnes. — Joe Klamar AFP

L'égérie de la Révolution orange Ioulia Timochenko est bien placée pour redevenir Premier ministre après les législatives de dimanche, où les forces pro-occidentales sont arrivées en tête selon les premiers sondages.

La formation de Ioulia Timochenko arrivait lundi matin en tête des législatives anticipées de dimanche en Ukraine, en recueillant 33,55% des voix après dépouillement de près de 37% des suffrages exprimés.

Le Parti des régions du Premier ministre Viktor Ianoukovitch arrive en seconde position avec 30,21% des suffrages comptabilisés, a déclaré la commission électorale.

Le parti du président 3e

Arrive en troisième position avec 15,71% des voix la coalition du président Viktor Iouchtchenko, dont Ioulia Timochenko était alliée lors de la Révolution orange pro-démocratique de 2004.

De son côté, le parti communiste remporte 5,08% des voix tandis qu'un petit parti, le Bloc Litvine, obtient 4,23%, et le parti socialiste 3,22%, ont précisé des responsables.

«Ioulia Timochenko doit devenir chef du gouvernement»

Des sondages sortie des urnes avaient déjà pronostiqué une percée importante de la formation de Ioulia Timochenko, en lui attribuant 30,4 à 32,4% des suffrages, soit dix points de plus qu'aux législatives de mars 2006. Mais le Parti des Régions était alors encore en tête, selon ces sondages, avec 35% des voix environ.

«Selon les données dont on dispose maintenant, Ioulia Timochenko doit devenir chef du gouvernement», a déclaré dimanche soir un des leaders de la formation présidentielle Notre Ukraine-Autodéfense populaire Viatcheslav Kirilenko, cité par Interfax.

Ioulia Timochenko qui effectue une percée d'environ dix points par rapport aux précédentes législatives en mars 2006 (22,29%) a de son côté annoncé dimanche son intention de demander dès lundi matin au président Viktor Iouchtchenko de former un gouvernement orange pro-occidental.

La flamboyante dirigeante politique, qui fut déjà Premier ministre en 2005, s'est dite confiante dans le fait que «la coalition serait formée dans les 24 ou 48 heures après l'annonce des résultats officiels». Ceux-ci sont attendus lundi.

Le camp pro-russe revendique la victoire

Le Premier ministre pro-russe Viktor Ianoukovitch a pour sa part déclaré qu'il avait «gagné» et revendiqué aussi le droit de former une coalition.

Ioulia Timochenko et le président Iouchtchenko, dont les relations n'ont pas toujours été au beau fixe, se sont engagés ces derniers jours à s'associer en cas de victoire de leurs forces.

Pas très stable

Cette coalition si elle est formée risque de ne pas être très stable, préviennent les analystes.

«Timochenko est ambitieuse, elle veut le poste de Premier ministre comme un tremplin vers la présidence. (...) Il n'y a pas actuellement de front orange avec des objectifs communs», estime Ivan Presniakov du Centre international pour les études politiques à Kiev.

Les deux Viktor vont «tenter de ne pas laisser Mme Timochenko devenir Premier ministre», pronostique pour sa part Stanislav Belkovski, directeur de l'Institut de stratégie nationale pour la Russie et l'Ukraine.

Le taux de participation, qui s'élève à 63,2% selon des estimations partielles, a dépassé un minimum de 50% nécessaire pour que le scrutin soit valide.

Crises politiques

Quelque 37 millions d'électeurs ukrainiens étaient appelés aux urnes après une série de crises politiques, qui ont miné l'image de la jeune démocratie ukrainienne.

Ce scrutin «doit mettre un point final au conflit» politique en Ukraine, avait déclaré dimanche matin le président Iouchtchenko après avoir voté dans le centre de Kiev.

Le chef de l'Etat a ordonné la dissolution du Parlement et convoqué de nouvelles élections après des conflits incessants avec son rival, le Premier ministre pro-russe Viktor Ianoukovitch, à la tête du gouvernement depuis août 2006.

Pas de changements

Les résultats des élections n'augurent pas de changements géopolitiques majeurs.

Les trois poids lourds sont d'accord pour intégrer l'Union européenne et ménager les relations avec la Russie, dont l'Ukraine dépend fortement pour son approvisionnement en énergie. Le principal point de discorde est l'adhésion à l'Otan prônée par M. Iouchtchenko et à laquelle s'oppose M. Ianoukovitch.

La Russie est prête à coopérer avec tout gouvernement ukrainien, y compris pro-occidental, a déclaré à l'AFP l'ambassadeur russe en Ukraine Viktor Tchernomyrdine.