La mythomane du 11 Septembre démasquée

F. Vincent - ©2007 20 minutes

— 

Pendant six ans, elle s'est présentée comme une rescapée héroïque du 11-Septembre et a présidé une association de victimes, WTC Survivors Network (« Le réseau des survivants »). Tout le monde a cru Tania Head quand elle racontait qu'elle fait partie des dix-neuf survivants de la première tour touchée par l'avion des terroristes d'Al-Qaida. Elle a dit partout avoir été gravement brûlée et avoir perdu son fiancé dans la tragédie. Un récit poignant qui lui avait valu de figurer plusieurs fois aux côtés du maire de New York de l'époque, Rudy Giuliani, lors des commémorations du 11 Sep­tembre. Or, tout cela ne serait qu'affabulations.

Deux journalistes du New York Times ont découvert le pot-aux-roses jeudi. Ils tentaient de l'interviewer pour la date anniversaire de l'événement. Les trois reports successifs de l'entrevue ont éveillé leurs soupçons. Ils ont vérifié si elle avait, comme elle le disait, travaillé pour la banque Merryll Lynch, au 96e étage de la tour. L'établis­sement a assuré que non. Et les amis de son « fiancé », une victime véritable du 11 Septembre, n'avaient jamais entendu parler d'elle. Sitôt l'affaire révélée, son association l'a limogée, et Tania Head s'est murée dans le silence. Samedi, un journal barcelonais, La Vanguardia, a révélé que Tania Head est répertoriée dans la région - dont elle serait originaire - sous le nom d'Alicia Esteve Head. Ses brûlures aux poignets, réelles, ne seraient pas dues au 11 Septembre, mais à un accident de Ferrari, selon un ancien collègue. Pour l'heure, personne n'a porté plainte contre elle.