Une mythomane s'est faite passer pour une survivante des Twin Tower

ETATS-UNIS Présidente de la plus grosse associations de «survivants», elle a été démasquée par le New York Times...

— 

Khaled Cheikh Mohammed, ancien chef du "Comité militaire d'Al-Qaïda" a reconnu être le "cerveau" des attentats du 11 septembre 2001 qui ont fait près de 3.000 morts à New York et Washington, dans une déclaration diffusée mercredi par le Pentagone.
Khaled Cheikh Mohammed, ancien chef du "Comité militaire d'Al-Qaïda" a reconnu être le "cerveau" des attentats du 11 septembre 2001 qui ont fait près de 3.000 morts à New York et Washington, dans une déclaration diffusée mercredi par le Pentagone. — Tim Clary AFP/Archives

Six ans de mensonges. Une association de victimes des attentats du 11 septembre 2001 à New York a limogé sa présidente, après un article du New York Times révélant qu'elle avait menti en disant compter parmi les victimes.

Veuve et blessée

Tania Head, présidente du Réseau des Survivants (Survivors' Network) de l'attentat contre le World Trade Center (WTC), avait raconté s'être trouvée au 78e étage de la tour Sud au moment des attaques, et avoir réussi à sortir en rampant de la tour en flammes.

Grièvement brûlée selon son récit, elle avait également assuré avoir perdu son compagnon dans la tragédie. Elle était parue sur de nombreuses photos aux côtés du maire de l'époque, Rudolph Giuliani.

Pas de trace chez Merryll Lynch

Un journaliste du New York Times a eu des doutes sur la véracité du récit de Tania Head lorsqu'il a essayé de l'interviewer à l'occasion du sixième anniversaire des attentats. L'entretien a été reporté à trois reprises.

Le journaliste a ensuite découvert que Mme Head n'avait jamais travaillé pour la banque d'affaires Merryll Lynch, comme elle le prétendait.

Poèmes

L'Union des écrivains avait publié des poèmes de Tania Head dans deux recueils de textes écrits par des survivants des attaques. «Rien ne m'avait semblé curieux» dans le comportement de Tania Head, a- déclaré le directeur de l'Union des écrivains de New York, Aaron Zimmerman, «attristé» par l'article sur la supercherie. «Les survivants d'une tragédie vous inspirent de la compassion plutôt que des soupçons.»

L'avocate de Mme Head, Stephanie Furgang Adwar, n'était pas joignable vendredi.