Canada: Les feux à Fort McMurray avancent « bien plus lentement »

INCENDIE Les estimations des superficies détruites ont été revues à la baisse...

N.Beu. avec AFP

— 

La forêt en feu à 16 km de Fort McMurray au Canada, le 6 mai 2016.
La forêt en feu à 16 km de Fort McMurray au Canada, le 6 mai 2016. — Jonathan Hayward/AP/SIPA

Deux bonnes nouvelles d’un coup. Les feux à Fort McMurray avancent « bien plus lentement » ce dimanche, a déclaré Rachel Notley, Première ministre de l’Alberta (ouest), en révisant à la baisse les estimations des superficies détruites à 1.610 km2 de forêts brûlées.

« Le feu a progressé bien plus lentement que ce que nous craignions » samedi, a dit Rachel Notley, indiquant que les foyers d’incendie se trouvaient encore à 40 km de la frontière avec la province de la Saskatchewan. La veille, les pompiers avaient estimé que 2.000 km2 pouvaient avoir été ravagés par les feux hors de contrôle à l’Est de la ville.

La pluie espérée lundi 

Avec le ralentissement de l’avancée, les foyers d’incendie se trouvent encore à 40 km de la frontière avec la province de la Saskatchewan, quand les services d’urgence craignaient le pire. La veille, les pompiers avaient estimé que 2.000 km2 pouvaient avoir été ravagés par les feux hors de contrôle à l’Est de la ville.

Chad Morrisson, directeur du service des incendies de l’Alberta, affichait une mine plus réjouie en indiquant que « grâce à mère nature » avec une météo plus clémente et aussi « grâce au travail acharné de tous les pompiers, nous avons pu contenir la plupart des lignes de feu à Fort McMurray ». La menace s’est atténuée, sans être levée, pour les mines de sables pétrolifères au nord de la ville.

« Le feu s’est éloigné » du site de Nexen, du groupe chinois CNOOC avec « seulement des dégâts mineurs », a indiqué Morrisson, sans en préciser la nature. Les flammes ont également pu être maintenues à distance des sites d’exploitation du premier groupe pétrolier Suncor, arrêtés depuis samedi comme ceux de Syncrude, Husky, Shell ou ConocoPhillips, selon Morrisson. Les pompiers comptent sur des averses lundi et des vents d’ouest pouvant souffler jusqu’à 60 km/h pour repousser les incendies plus à l’Est, « pour les maintenir ou les éloigner de ces sites » pétroliers dans les prochains jours, a expliqué Morrisson.