L'émissaire spécial de l'ONU reçoit un visa pour la Birmanie

DIPLOMATIE La junte lui accorde tandis que la pression diplomatique s'accentue...

— 

L'armée birmane a lancé des tirs de sommation et des gaz lacrymogènes sur les manifestants mercredi à Rangoun (Birmanie)
L'armée birmane a lancé des tirs de sommation et des gaz lacrymogènes sur les manifestants mercredi à Rangoun (Birmanie) — Reuters TV

Alors que la pression diplomatique monte sur la junte birmane, les autorités de Rangoun ont décidé d'accorder un visa à l'émissaire spécial de l'ONU pour la Birmanie, Ibrahim Gambari. C'est ce qu'a annoncé jeudi le ministre singapourien des Affaires étrangères, George Yeo, qui assure la présidence de l'Association des nations du sud-est asiatique (Asean).

Les ministres de l'Asean «choqués»

Les ministres des Affaires étrangères de cette organisation ont exigé un peu plus tôt que les militaires «cessent immédiatement»d'utiliser la violence contre les manifestants. «Ils ont été choqués d'apprendre que des armes automatiques étaient utilisées», a précisé le ministre des Affaires étrangères singapourien, George Yeo.

De son côté, le président américain George W. Bush avait déclaré que le monde devait faire pression sur la junte et avait appelé les militaires au pouvoir à coopérer avec le représentant de l'ONU.

Bernard Kouchner se réjouit

La position de l'Asean est «une victoire pour la démocratie et les manifestants en Birmanie», a déclaré jeudi à New York le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner. «L'Asean est très importante. Cette déclaration est une déclaration robuste. Les pays de l'Asean sont les seuls capables d'exercer une pression efficace sur la Birmanie», a-t-il estimé.