En 2008, la Maison-Blanche veut 190 milliards de dollars pour faire la guerre

Etats-Unis Le Pentagone demande un budget équivalent à 30 fois le projet Galileo...

M.N

— 

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a demandé mercedi au Congrès près de 190 milliards de dollars pour financer les guerres en Irak et en Afghanistan en 2008, soit 42 milliards de plus que prévu.
Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a demandé mercedi au Congrès près de 190 milliards de dollars pour financer les guerres en Irak et en Afghanistan en 2008, soit 42 milliards de plus que prévu. — Mark Wilson AFP/Getty Images

190 milliards de dollars (135 millions d’euros), c’est le budget pharaonique réclamé par l’administration Bush pour les opérations militaires en Irak et en Afghanistan. 135 milliards de dollars, c’est approximativement 490 Airbus 380 (280 millions d’euros l’avion), 9 fois la somme consacrée par Washington à l’aide au développement en 2006 (22 milliards de dollars). Ou alors 30 fois les fonds nécessaires pour mettre en orbite les 30 satellites de la constellation Galileo (4,5 milliards d’euros), le GPS européen. Ce budget colossal a été présenté mercredi par Robert Gates, le secrétaire à la Défense, lors d’une audition devant le Sénat. Il est a été augmenté de 42 milliards (29,7 milliards d'euros) par rapport au budget initial. Au mois de février, l’administration Bush avait estimé à 141,7 milliards de dollars (100,2 milliards d'euros) les besoins pour mener les opérations militaires sur le front irakien et afghan.

15.000 véhicules blindés

Le secrétaire de la Défense a expliqué que 11 milliards de dollars seraient consacrés à la construction de 15.000 nouveaux véhicules blindés résistant aux mines (MRAP, Mine Resistant Ambush Protected). Pour justifier la demande de rallonge budgétaire, le chef du Pentagone a rappelé devant la commission du budget que les mines Gates étaient la principale cause des pertes militaires en Irak. Autre poste de dépense développé par Robert Gates : la nécessité de stationner «sur le long terme cinq brigade de combat». Actuellement les forces armées américaines disposent de 20 brigades (80.000 soldats) sur tout le territoire irakien. Une brigade compte 3500 à 4000 soldats. Le Pentagone voudrait garder sur place un contingent de 17.500 soldats.

Le Sénat n’est pas une «rustine»

Le vote du Budget par le Sénat ne sera pas facile. A majorité démocrate, il pourrait poser des difficultés à l’administration Bush. Déjà, lors de l’audition de Robert Gates, le président démocrate de la commission du budget, Robert Byrd, a prévenu que le Sénat n’était pas là pour jouer le rôle de «rustine» face aux échecs de la stratégie irakienne de l’équipe Bush. Et d’exprimer son «scepticisme» alors que la Maison-Blanche répète «à l’envie que la situation s’améliore sur le terrain et qu’il faut donc rester sur place». L’audition de Robert Gates tombe mal : elle correspond à un regain de violences en Irak. Des attentats ont fait plus de 70 morts en trois jours, dont au moins 36 au cours de la seule journée de mercredi.