Une otage franco-tunisienne enlevée au Yémen apparaît dans une vidéo

MONDE La jeune femme, enlevée le 1er décembre 2015 à Sanaa, la capitale yéménite, s’adresse notamment à François Hollande…

M.G. avec AFP

— 

Le siège du Comité International de la Croix-Rouge, à Genève, en Suisse.
Le siège du Comité International de la Croix-Rouge, à Genève, en Suisse. — FABRICE COFFRINI / AFP

Un signe de vie. Une employée franco-tunisienne du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) prise en otage au Yémen est apparue pour la première fois depuis son enlèvement, il y a plus de cinq mois, dans une vidéo où elle appelle à l’aide pour sa libération. L’authenticité de la vidéo a été confirmée vendredi à l’AFP par la porte-parole du CICR à Sanaa, Rima Kamal.

L’otage, Nourane Houas, apparaît voilée lisant un texte et affirme que les images ont été tournées « le mercredi 13 avril 2016 ». Elle s’est adressée notamment au président François Hollande, au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi et aux responsables du Comité international de la Croix-Rouge.

Sur Twitter, le porte-parole des Affaires étrangères françaises, Romain Nadal a confirmé vendredi que « Nourane Houas employée du CICR enlevée au Yémen depuis décembre dernier est de nationalités française et tunisienne ».

« C’est bien notre collègue, enlevée le 1er décembre, qui apparaît dans la vidéo », a confirmé la porte-parole du CICR, ajoutant que son organisation « poursuivait ses contacts et démarches » au Yémen et à l’étranger « pour obtenir la libération de Nourane Houas ». Elle s’est refusée à donner la moindre indication sur les ravisseurs ou les raisons de son enlèvement.

Nourane Houas, responsable d’un programme de protection humanitaire au sein de la mission au Yémen, a été enlevée le 1er décembre à Sanaa, la capitale sous contrôle rebelle, en même temps qu’un employé yéménite du CICR, qui avait été relâché quelques heures plus tard par ses ravisseurs.