Canada: Il faudra plusieurs semaines pour éteindre les feux de Fort McMurray

MONDE L'évacuation se poursuit, et les sinistrés découvrent l'ampleur des dégâts...

20 Minutes avec AFP

— 

Plusieurs incendies ravageaient toujours la ville canadienne de Fort McMurray le 6 mai 2016.
Plusieurs incendies ravageaient toujours la ville canadienne de Fort McMurray le 6 mai 2016. — Cole Burston / AFP

L’enfer continue au Canada. « Des semaines et des semaines » de travail seront nécessaires pour venir à bout des immenses feux qui ont dévasté cette semaine Fort McMurray, ville pétrolière canadienne, a estimé vendredi le directeur du service des incendies de l’Alberta, Chad Morrisson.

Un changement de direction des vents laissait présager une amélioration de la situation à Fort McMurray, où près de 2.000 bâtiments ont été détruits et, avec les autres bourgades évacuées plus au sud, 100.000 personnes jetées sur la route.

10 fois la ville de Paris

Depuis dimanche, c’est plus de 1.000 km2 de forêt qui se sont envolés en fumée en Alberta, soit l’équivalent de dix fois la ville de Paris. « Actuellement, c’est de pluie dont nous avons absolument besoin. Et même si nous finissions par en avoir, nous aurions encore beaucoup de feux en activité et beaucoup de travail à accomplir », a dit Morrisson lors d’une conférence de presse.

Ce sont environ 2.000 véhicules qui ont été escortés vendredi par la police pour permettre aux sinistrés pris au piège des feux de forêt au nord de Fort McMurray de s’échapper vers le sud en découvrant des quartiers ravagés où, pour certains évacués, leur habitation n’est plus que cendres.

Le centre-ville épargné

Une vaste opération a été mise sur pied pour sortir les milliers de réfugiées toujours dans des bases de vie des compagnies pétrolières à 30 ou 40 km au nord de la ville canadienne dont le centre est pratiquement intact, mais où des secteurs résidentiels aux abords sont largement en ruines.

« Le centre-ville est en grande partie intact, le central téléphonique également, l’hôpital est toujours debout et la station d’épuration a été remise en état », a assuré vendredi Rachel Notley, Première ministre de l’Alberta en notant que l’aéroport, au sud-est de la ville, était également épargné.

Sans minimiser l’étendue des dommages, Mme Notley a aussitôt nuancé : « nous avons vu, le coeur serré, les photos prises par les habitants qui ont traversé Fort McMurray (vendredi) (…) et cela ne fait aucun doute que les dégâts sont étendus » avec « des mois pour reconstruire ».