Jean Paul II euthanasié?

Alice Antheaume et Bethsabée Salem (à Rome)

— 

Quelques heures avant sa mort, le pape Jean Paul II a murmuré ses dernières paroles "laissez-moi partir chez le Seigneur", puis il a plongé progressivement dans le coma, rapporte son médecin personnel Renato Buzzonetti dans un livre-témoignage paru mercredi à Rome.
Quelques heures avant sa mort, le pape Jean Paul II a murmuré ses dernières paroles "laissez-moi partir chez le Seigneur", puis il a plongé progressivement dans le coma, rapporte son médecin personnel Renato Buzzonetti dans un livre-témoignage paru mercredi à Rome. — Gabriel Bouys AFP/Archives

Le pape Jean Paul II a-t-il été euthanasié? titrait le 21 septembre le journal «Times». Oui, répond Lina Pavanelli, médecin-anesthésiste, dans un essai intitulé «La douce mort de Karol Wojtyla» (le nom de naissance du pape, ndlr) paru dans la revue italienne «MicroMega» mi-septembre. Elle y explique que le pape n’a pas été alimenté en fin de vie, au printemps 2005: «à moins que onze médecins n’aient violé l’éthique médicale et le code pénal, la sonde n’a pas été installée parce qu’elle a été refusée par le patient» (le pape, donc).

Or, selon les directives de l’Eglise catholique, il faut «continuer à alimenter et à hydrater un patient par voie artificielle, même s'il se trouve dans un état végétatif avancé.» L’euthanasie constitue une «grave violation de la loi de Dieu, en tant que meurtre délibéré moralement inacceptable d’une personne humaine...», expliquait en mars 1995 Jean Paul II.

Réponse du Vatican
Dans une interview à «La Reppublica», Renato Buzzonetti, médecin de Jean Paul II et de l'actuel pape Benoît XVI, martèle que le Vatican avait bien apporté tous les soins nécessaires à l’époque. «Le pape a été assisté jusqu’au dernier moment», affirme-t-il, et la sonde alimentaire artificielle a été posée «de façon permanente les 48 dernières heures».

«Les médecins ont déjà dit que Jean-Paul II était mort d’une crise cardiaque, assure encore le Père Jonathan Morris sur la chaîne “Fox News”. Le “Times” essaie de créer une controverse, mais je ne pense pas que ce soit vrai.»

L'écho
L’affaire prend d’autant plus d’ampleur que la conférence de presse organisée par Lina Pavanelli et la revue «MicroMega», le mercredi 26 septembre, s’était déroulée en présence de la veuve de Welby, chantre du débat sur l’euthanasie en Italie, décédé en décembre dernier. L’Eglise avait refusé de lui accorder des funérailles après qu’il a été débranché par son anesthésiste.