Escalade de violences dans la bande de Gaza, une Palestinienne tuée

ISRAEL-PALESTINE Le cessez-le-feu était observé depuis la fin du mois d'août en 2014...

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration de soldats israéliens dans le nord de la Bande de Gaza, le 21 juillet 2014.
Illustration de soldats israéliens dans le nord de la Bande de Gaza, le 21 juillet 2014. — JINIPIX/XINHUA/SIPA

Il n’aura fallu que quarante-huit heures d’échanges de tirs entre le Hamas et l’armée israélienne pour dénombrer une première victime. Une Palestinienne a été tuée jeudi par des tirs de chars israéliens qui ont touché sa maison près de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, a indiqué l’hôpital de la ville.

L’hôpital Nasser a identifié la femme comme Zeina Al-Amour, âgée de 54 ans. Le tir israélien ripostait à une attaque au mortier menée par des combattants palestiniens de Gaza contre les forces israéliennes, selon l’armée israélienne.

Les tirs au mortier, côté palestinien, et ceux de chars et frappes aériennes, côté israélien mettent à l’épreuve le fragile cessez-le-feu observé depuis fin août 2014. Après le raid mené mercredi contre cinq positions du Hamas, l’armée israélienne a indiqué en avoir mené deux nouveaux dans la nuit et jeudi après-midi contre huit sites dans le nord et le sud du territoire.

>> A lire aussi : L'armée israélienne ouvre des enquêtes supplémentaires sur des bavures à Gaza

Les dommages humains semblent pour l’instant limités, semblant corroborer que les adversaires ne voudraient pas, pour l’instant, d’une nouvelle escalade dans un territoire qui a déjà connu trois guerres entre 2008 et 2014.

Quatre membres d’une même famille, trois enfants et un homme de 65 ans, ont été légèrement ou modérément blessés dans le raid de la nuit dans le quartier de Zeitoun, dans le sud-est de la ville de Gaza, ont indiqué des sources médicales palestiniennes.

Ce raid a frappé un garage automobile, a déclaré à l’AFP son propriétaire Hassan Hassanen, qui a assuré que les véhicules ayant pris feu n’étaient « pas utilisés par la sécurité » du Hamas mais servaient « aux travaux immobiliers et de reconstruction ».

Un Palestinien de 21 ans a été modérément blessé par des éclats d’artillerie à l’est de Khan Younès (sud). Au cœur des tensions : les activités de l’armée israélienne qui cherche à détecter des tunnels le long de la barrière de sécurité israélienne qui enferme hermétiquement la bande de Gaza.

>> A lire aussi : Israël: Sans être inculpé, un journaliste palestinien en détention pour quatre mois

Découverte d’un nouveau tunnel 

L’armée israélienne a dénombré 10 attaques au mortier contre ses soldats mercredi et jeudi. C’est la première fois que le Hamas ouvre le feu sur les forces israéliennes depuis la guerre de 2014, a dit un porte-parole de l’armée, le colonel Peter Lerner. Selon lui, le Hamas prend mal les opérations israéliennes contre ses tunnels, qui menacent de le priver d’une arme essentielle. Le Hamas et sa branche armée, les Brigades Ezzedine al-Qassam, accusent Israël d’empiéter sur le territoire gazaoui.

Les brigades Qassam ont dénoncé les « incursions » israéliennes comme une violation de la trêve de 2014, affirmant mercredi soir qu’elles ne « permettront pas que se poursuive l’offensive sioniste sur la bande de Gaza ». L’armée israélienne a annoncé jeudi la découverte d’un nouveau tunnel creusé à une trentaine de mètres de profondeur dans le sud de la bande Gaza et débouchant en Israël. C’est le deuxième découvert depuis le 18 avril.

Le colonel Lerner a confirmé que les Israéliens recherchant les tunnels opéraient à l’intérieur du territoire palestinien, dans une bande de 100 mètres le long de la barrière de sécurité, et que c’était dans cet espace que le second tunnel avait été découvert. Les tunnels ont été l’un des moyens les plus efficaces employés par les groupes palestiniens pendant la guerre de 2014 pour porter la menace sur le sol israélien. Leur destruction était l’un des principaux objectifs israéliens du conflit.