Les arrestations se multiplient en Birmanie

RANGOUN Une centaine de bonzes ainsi que deux responsables du parti de Suu Kyi...

C. F. avec AFP

— 

Les premiers incidents ont été signalés vers 12H00 locales (05H30 GMT), lorsque les forces de sécurité ont chargé quelque 700 personnes, principalement des étudiants mais aussi des bonzes, qui commençaient à se rassembler non loin de la pagode Shwedagon. Les manifestants ont été frappés indistinctement à coups de matraque.
Les premiers incidents ont été signalés vers 12H00 locales (05H30 GMT), lorsque les forces de sécurité ont chargé quelque 700 personnes, principalement des étudiants mais aussi des bonzes, qui commençaient à se rassembler non loin de la pagode Shwedagon. Les manifestants ont été frappés indistinctement à coups de matraque. — AFP

Après la répression, les arrestations. Les forces de sécurité birmanes ont multiplié les interpellations dans la nuit de mercredi à jeudi. Deux hauts responsables du parti de l'opposante Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale de la démocratie (LND), ont été interpellés à leur domicile, ont indiqué à l'AFP des responsables de cette formation.

Amnesty s’inquiète des risques de «torture»

Zin Linn a dit que Myint Thein aurait été arrêté en raison de «critiques contre le régime» formulées auprès de représentants de la «presse étrangère».

Plus tôt, Amnesty International avait signalé que quatre autres membres de la LND faisaient partie de quelque 300 personnes arrêtées entre mardi et mercredi à Rangoun par les autorités. L’organisation souligne qu’un «risque grave de torture et de mauvais traitements pèse sur ces personnes et d'autres détenus».

Des bonzes avec des plaies au crâne

Par ailleurs, une centaine de bonzes ont été arrêtés dans la nuit de mercredi à jeudi après un raid lancé contre le monastère de Ngwekyaryan, à l'est de Rangoun, ont indiqué des témoins. Jeudi matin, des vitres étaient brisées et des douilles étaient éparpillées par terre. Une photo du plus haut responsable de ce monastère avait été arrachée au mur et jetée au sol.

Des voisins étaient en pleurs à la vue des dégâts. Ils ont dit qu'une centaine de moines avaient été emmenés après ce raid. Ceux qui avaient réussi à prendre la fuite sont revenus à l'aube. Certains présentaient des blessures visibles, notamment des plaies au crâne. Ils ont indiqué que l'argent et les bijoux donnés par des fidèles au monastère avaient disparu.

Rues anormalement calmes jeudi matin

A Rangoun, la plus grande ville de Birmanie où un couvre-feu nocturne est désormais en vigueur, les rues étaient, jeudi matin, anormalement calmes. De nombreux habitants ont apparemment décidé de rester à leur domicile et les avenues autour de la célèbre pagode Shwedagon sont barrées par des barbelés.