VIDEO. Brésil: Rousseff serait visée par une enquête pour obstruction à la justice

POLITIQUE Au centre des soupçons se trouve la nomination controversée par Dilma Rousseff de l'ancien président Lula comme son chef de cabinet, alors qu'il est lui-même concerné par une enquête...

20 Minutes avec AFP

— 

Dilma Rousseff, présidente du Brésil, le 19 avril, à Brasilia.
Dilma Rousseff, présidente du Brésil, le 19 avril, à Brasilia. — EVARISTO SA / AFP

Ça se corse pour Dilma Rousseff. Le procureur général du  Brésil a demandé l’ouverture d’une enquête sur la présidente du pays pour obstruction à la justice, ont annoncé mardi les principaux médias nationaux.

>> A lire aussi : La politique à la brésilienne, ça n'a rien à voir avec ce que vous connaissez

Selon les informations de Globo, Folha de Sao Paulo et Estadao, le procureur général du Brésil, Rodrigo Janot, a demandé à la Cour suprême l’ouverture de cette enquête sur Dilma Rousseff ainsi que sur son précédesseur et mentor, l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva.

Il s’agit d’un nouveau développement dans la grave crise politique que connaît le Brésil avec la menace de destitution qui pèse sur Rousseff.

De forts soupçons planent sur Rousseff 

Au centre des soupçons se trouve la nomination controversée par Dilma Rousseff de Lula comme son chef de cabinet, l’un des moments cruciaux du séisme politique qui secoue le pays depuis deux mois.

Selon le procureur, cette décision a pu avoir pour objectif de « perturber » les investigations sur Lula, diligentées par le magistrat Sergio Moro, chargé de juger en première instance le scandale de l’entreprise publique pétrolière Petrobras devenu un symbole de la lutte anti-corruption.

>> A lire aussi : Corruption, menaces de mort et copinage… Le «Lava Jato» secoue Lula et Rousseff

La présidente brésilienne a néanmoins toujours affirmé avoir demandé à son prédécesseur de rejoindre son gouvernement pour des raisons strictement politiques, au moment où ses alliés commençaient à la lâcher.

L’entrée de Lula au gouvernement a depuis été bloquée par le tribunal suprême fédéral.