Attentats de Paris et de Bruxelles: Des kamikazes à l'honneur dans une exposition au Danemark

TERRORISME Les frères el-Bakraoui et Mohamed Aggad sont présentés comme des « martyrs »…

H. B.
— 
Montage photo. Les frères El Bakraoui. A droite, Ibrahim. A gauche, Khalid.
Montage photo. Les frères El Bakraoui. A droite, Ibrahim. A gauche, Khalid. — AFP Interpol / AFP

Avant même son ouverture, l’initiative fait scandale. Un collectif d’artistes danois va organiser à Copenhague une exposition sur le thème des « martyrs » où vont notamment être mis à l’honneur des terroristes des attentats de Paris et de BruxellesLes frères Ibrahim et Khalid el-Bakraoui, kamikazes des attentats du 22 mars dans la capitale belge et Foued Mohamed-Aggad, l’un des terroristes qui a pris d’assaut le Bataclan en novembre à Paris, seront ainsi présentés comme des martyrs.

I dag offentliggjorde vi MARTYRMUSEUM i Politiken sammen med kunstnerne bag projektet, The Other Eye of The Tiger...

Publié par Sort/Hvid sur dimanche 1 mai 2016

L’exposition, qui s’inspire du musée des Martyrs de Téhéran, utilisera des images de « martyrs » et mettra en scène des répliques d’objets leur ayant appartenu, accompagnées d’une plaque qui décrira leur parcours, explique le quotidien Copenhagen Post. Des portraits des frères el-Bakraoui et de Foued Mohamed-Aggad seront donc exposés, parmi d’autres personnalités comme l’héroïne française Jeanne d’Arc ou le philosophe grec Socrate.

>> A lire aussi : Qui sont les dix personnes inculpées en Belgique?

Un « encouragement » au terrorisme ?

Diego Gugliotta, un membre du parti de gauche danois, a vivement critiqué lundi cette initiative qui « encouragerait le terrorisme ». L’exposition, qui décrit les terroristes comme des « héros » pourrait pousser certaines personnes à « franchir la ligne rouge et à se joindre à une organisation terroriste », écrit-il sur Facebook.

L’exposition doit s’ouvrir de 26 mai et durer jusqu’au 10 juin, dans un ancien abattoir de la capitale danoise, rebaptisé Sort/Hvid. Son directeur artistique, Christian Lollike, avait déjà créé la polémique en 2012 en montant une pièce de théâtre inspirée du manifeste d’Anders Behring Breivik, l’auteur de la tuerie qui avait fait 77 morts en 2011 sur l’île d’Utøya en Norvège, rappelle le Copenhagen Post.