VIDEO. Tafta: L'arrêt des négociations, «option la plus probable»

COMMERCE Le scepticisme grandit de part et d’autre de l’Atlantique…

20 Minutes avec AFP
— 
Le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Matthias Fekl
Le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Matthias Fekl — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Le Tafta ou TTIP est-il déjà enterré ? La signature rapide d’un accord de libre-échange entre Américains et Européens paraît de plus en plus difficile. La révélation de certains documents dévoilant les coulisses des négociations ce lundi par Greenpeace n’a pas arrangé les choses.

Un arrêt des négociations sur le TTIP est aujourd’hui « l’option la plus probable », en raison de « l’état d’esprit des Etats-Unis », a estimé ce mardi le secrétaire d’Etat français au Commerce extérieur, Matthias Fekl, qui suit le dossier pour la France. Il a souligné que, compte tenu du poids de Paris dans l’UE, « il ne peut pas y avoir d’accord sans la France, et encore moins contre la France ».

Trop de sujets de dissensions

Avant lui, le Premier ministre Manuel Valls et le président François Hollande avaient déjà durci le ton et promis de s’opposer à un accord en l’absence de « garanties » sur l’environnement ou l’agriculture.

>> A lire aussi : Pourquoi les négociations n’avancent pas entre les Etats-Unis et l'Europe

« Les deux parties sont encore très éloignées l’une de l’autre dans les négociations et que des questions centrales restent en suspens », a affirmé de son côté Edward Alden, du Council on Foreign Relations, un « think tank » de Washington.

Avec le TTIP, également baptisé Tafta, l’Union européenne et les Etats-Unis veulent éliminer leurs barrières douanières et réglementaires mais les sujets de dissensions ne manquent pas, tant sur l’ouverture des marchés que sur le principe de précaution ou les modalités du mécanisme de protection des investisseurs voulu par Washington.