Quatre personnes soupçonnées de préparer un attentat terroriste arrêtées en Italie

TERRORISME Les suspects visaient vraisemblablement Rome, « lieu de référence pour tous les chrétiens »…

Clémence Apetogbor

— 

Un policier italien un tribunal de Milan
Un policier italien un tribunal de Milan — OLIVIER MORIN / AFP

Un attentat terroriste aurait-il été évité en Italie ? Ce jeudi matin, un couple et deux jeunes hommes soupçonnés d’avoir envisagé des tels actes sur le sol italien ont été arrêtés, a annoncé le parquet de Milan (nord).

Le couple est également soupçonné d’avoir voulu partir combattre en Syrie en emmenant leurs deux jeunes enfants.

La capitale italienne comme cible ?

Les suspects visaient vraisemblablement Rome, « lieu de référence pour tous les chrétiens » selon eux, a expliqué lors d’une conférence de presse le procureur de Milan, Maurizio Romanelli.

Le couple, résidant à Lecco, sur le lac de Côme (nord), comptait rejoindre la Syrie avec ses enfants de 2 et 4 ans, pour y combattre aux côtés de l' organisation Etat islamique.

Un ressortissant marocain de 23 ans, frère d’un homme expulsé d’Italie en janvier 2015 sur des soupçons de terrorisme, se serait joint à eux. Un autre Marocain a également été arrêté.

Tous sont soupçonnés de « participation à une entreprise ayant pour finalité le terrorisme international ».

« Toucher l’Etat italien »

Le couple et ces deux jeunes hommes étaient en contact avec un autre couple, rencontré à Lecco et déjà parti vers la zone de conflits à la frontière irako-syrienne en février 2015, contre qui un mandat d’arrêt a également été émis.

>> A lire aussi : Des raids du régime syrien font au moins 30 morts à Alep

Selon les premiers éléments, ce couple déjà parti en Syrie est composé d’une Italienne convertie à l’islam depuis huit ans, Alice Brignoli, et d’un ressortissant marocain, Mohamed Koraichi, arrivé en Italie pour y travailler comme soudeur.

C’est ce dernier qui, depuis la Syrie, a parlé « d’agir d’une façon, n’importe laquelle, dans un lieu, n’importe lequel », dans le but de « toucher l’Etat italien ».

Signalement 

Fils d’une famille musulmane qui ne fréquentait pas les mosquées, Mohamed Koraichi s’était fiancé avec Alice, renommée Aïcha, et tous deux avaient commencé à se radicaliser.

A la naissance de leur second enfant, ils s’étaient éloignés encore plus de ceux qu’ils considéraient comme « infidèles ». Et en mai, la mère de la jeune femme a signalé aux autorités italiennes la disparition de sa fille, de son gendre et de leurs trois enfants.

>> A lire aussi : Daesh recrute de moins en moins de combattants étrangers

Avant de partir, Aïcha avait laissé un mot dans sa maison, demandant à ne pas être recherchée.

Sur des images récupérées via la messagerie instantanée Whatsapp sur le profil de Mohamed Koraichi, les enquêteurs ont reconnu les enfants du couple, vêtus comme des combattants djihadistes et appelant au martyre, le doigt pointé vers le ciel.