Un patron offre 10 % de sa société, valorisée plusieurs milliards de dollars, à 2.000 de ses salariés

REDISTRIBUTION DES RICHESSES Deux mille salariés de Chobani, le géant américain du yaourt, vont recevoir 10 % du capital de l’entreprise. Ce don s’élève à 150.000 dollars en moyenne par personne et peut atteindre le million de dollars pour les plus anciens.

B.T.

— 

Hamdi Ulukaya, le PDG de Chobani.
Hamdi Ulukaya, le PDG de Chobani. — Diane Bondareff/Invision for Chobani

Chobani, c’est le numéro un du yaourt à la grecque aux Etats-Unis. En 2014, l’entreprise a été évaluée entre 3 et 5 milliards de dollars. Alors quand les salariés ont découvert, mardi, une lettre annonçant qu’ils allaient recevoir 10 % du capital de l’entreprise, la surprise a été totale.

Son patron, Hamdi Ulukaya, s’est justifié : « Ce n’est pas un cadeau. C’est une promesse que nous nous faisons de travailler ensemble avec le même objectif et une responsabilité partagée. Nous allons continuer à créer quelque chose de spécial et durable. »

Jusqu’à un million de dollars d’actions

La distribution des actions a déjà commencé. Le nombre d’actions par employé dépend de l’ancienneté. Le New York Times a évalué la valeur moyenne de chaque don à 150.000 dollars, mais les plus anciens salariés pourraient recevoir plus d’un million de dollars.


Ces actions étaient la propriété d'Hamdi Ulukaya. Elles pourront être vendues si le capital de la société s'ouvre ou si la compagnie est rachetée par une autre entreprise. Les employés pourront partir avec leurs actions s’ils quittent Chobani ou prennent leur retraite. La société pourra également leur racheter.

A lire aussi : un patron divise son salaire par 14 pour augmenter ses salariés

Hillary Clinton est fan

Aux Etats-Unis, où le débat autour de la redistribution des richesses est extrêmement vif, le geste a été très apprécié et commenté. La candidate à la primaire démocrate, Hillary Clinton a déclaré : « J’adore ça. C’est formidable de voir Chobani partager sa réussite avec les salariés qui ont rendu ce succès possible. »

Hamdi Ulukaya, 42 ans, immigré turc, a fait de Chobani un géant du yaourt. Il est arrivé aux Etats-Unis, en 1994, avec 3.000 dollars. D’abord producteur de feta, il investit 700.000 dollars dans une usine de produits laitiers en 2004 grâce à un prêt d’un million de dollars. En 2007, il lance Chobani. Un yaourt à la grecque qui va bouleverser le marché américain et rapporter plus d’un milliard par an.

Un précédent en 2010

Ce type de donation aux salariés est extrêmement rare dans l’agroalimentaire rapporte le New York Times. En 2010, Bob Moore, le fondateur de Red Mill Natural Foods a offert son entreprise à ses employés avec la création d’un programme d’actionnariat salarié.

>> A lire aussi : Sans hiérarchie ni pointeuse, l'entreprise lilloise CIV ne se porte pas plus mal