Crottes de chiens à Madrid: Les maîtres pourront être condamnés à nettoyer la ville

SOCIETE La capitale espagnole compte 3,5 millions d'habitants et 270.000 chiens...

20 Minutes avec agences

— 

A Barking, au Nord-Est de Londres, un fichier répertoriant l'ADN de tous les chiens va être créé pour traquer les maîtres qui ne ramassent pas les crottes de leur animal.
A Barking, au Nord-Est de Londres, un fichier répertoriant l'ADN de tous les chiens va être créé pour traquer les maîtres qui ne ramassent pas les crottes de leur animal. — COLOMBIER/DEYA/SIPA

Madrid part en guerre contre les crottes de chiens… et contre les maîtres un brin fainéants. Les propriétaires de toutous qui surpris en train de ne pas ramasser les excréments de leur animal pourront ainsi être condamnés à nettoyer les rues de la capitale espagnole ou à payer une amende allant jusqu’à 1.500 euros.

Substituer les amendes par des travaux au profit de la communauté

Cette mesure fait partie du « plan choc » pour la propreté canine lancée par la Ville et que la police municipale doit tester dans les deux quartiers les plus « crottés ». Si les amendes, comprises entre 750 et 1.500 euros existaient déjà, la nouveauté réside dans « ce protocole de mesures alternatives qui permettra de substituer les amendes par des travaux au profit de la communauté », promet la mairie et ancienne juge Manuela Carmena.

 

>> A lire aussi : Espagne: Une ville embauche des détectives anti-crottes de chien

 

Equipé de « gants, d’un gilet et de bottes (…) d’un balai, d’une pelle et d’un sac-poubelle », l’auteur de l’infraction pourra alors échapper à l’amende en nettoyant la saleté laissée par d’autres, indique encore la mairie de Madrid, ville aux 3,5 millions d’habitants et aux 270.000 chiens.

Adn et carton « objets trouvés »

L’idée de la mairie s’inscrit dans une série d’initiatives originales visant à lutter contre le fléau des déjections canines dans les rues des villes d’Espagne. En 2015, la mairie de Tarragone (est) avait ainsi annoncé qu’elle aurait recours aux tests ADN des selles pour identifier les chiens fauteurs et ensuite retrouver, grâce à un registre, leur maître.

 

>> A lire aussi : Une société bordelaise déclare la guerre aux crottes de chien grâce à l'ADN

 

En 2013, la petite localité de Brunete à Madrid a, quant à elle, réquisitionné une vingtaine de bénévoles chargés d’identifier les contrevenants, et leur animal de compagnie. Après vérification dans un registre des animaux domestiques, elle renvoyait ces excréments à leur maître dans une boîte en carton portant l’inscription « objets trouvés ». Ceci en échange de la signature d’un reçu.