VIDEO. Le français DCNS remporte un mégacontrat de 34 milliards d'euros pour des sous-marins

DEFENSE Ce contrat à 50 milliards de dollars australiens (34,5 milliards d’euros) est la plus importante commande militaire passée par l’Australie...

Clémence Apetogbor

— 

Les sous-marins Collins de la Royal Navy australienne, dans les eaux australiennes le 22  mars 2015
Les sous-marins Collins de la Royal Navy australienne, dans les eaux australiennes le 22 mars 2015 — CPOIS DAVID CONNOLLY / ROYAL AUSTRALIAN NAVY / AFP

Certains l’appellent déjà le «contrat du siècle». Talonné par ses concurrents allemand et japonais, le groupe français DCNS, spécialiste du naval de défense, a remporté mardi un mégacontrat estimé à 34 milliards d’euros avec l’Australie.

Une commande historique

Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a annoncé ce mardi lors d’une conférence de presse l’issue d’un processus d’appel d’offres de plusieurs années, après en avoir informé le président François Hollande.

« L’offre française présentait les meilleures capacités pour répondre aux besoins uniques de l’Australie », qui veut construire sa prochaine génération de 12 sous-marins océaniques, en remplacement des sous-marins actuels de la classe Collins, fonctionnant au diesel et à l’électricité

Ce contrat à 50 milliards de dollars australiens (34,5 milliards d’euros) est la plus importante commande militaire passée par l’Australie.

« La France qui gagne »

« La France est reconnaissante de la confiance que lui témoigne l’Australie et fière de l’excellence technologique dont ses entreprises ont su faire preuve dans cette compétition de haut niveau », a déclaré l’Elysée dans un communiqué.

« Magnifique succès pour DCNS et notre industrie ; fierté pour nos ingénieurs, techniciens et ouvriers », a écrit sur Twitter le Premier ministre Manuel Valls. « Coup de chapeau au partenariat franco-australien. La France qui avance, la France qui gagne ».

Création d’emplois

« Ce nouveau succès sera créateur d’emplois et de développement en France comme en Australie », a assuré de son côté l’Elysée.

« Le choix par l’Australie de la France et de DCNS comme partenaires pour la construction de 12 sous-marins est historique », a encore affirmé la présidence française.

L’entrée en service des nouveaux sous-marins est prévue en 2027.

DCNS, détenu par l’Etat et Thalès, proposait une version à propulsion classique de son Barracuda, quand l’allemand ThyssenKrupp défendait Type 216 et le Japon le Soryu.