Brexit: Obama s'invite dans le débat et menace le Royaume-Uni

POLITIQUE Le président américain se prononce contre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne...

20 Minutes avec AFP

— 

Barack Obama et David Cameron réunis le 22 avril 2016 lors d'une conférence de presse (Royaume-Uni).
Barack Obama et David Cameron réunis le 22 avril 2016 lors d'une conférence de presse (Royaume-Uni). — Jim Watson / AFP

Obama siffle la fin de la récréation. Le président américain a menacé vendredi le Royaume-Uni de « passer en queue de peloton » de ses relations commerciales avec les Etats-Unis s’il choisit de quitter l' Union européenne à l’issue du référendum du 23 juin.

« Certains pensent peut-être qu’il y aura un accord de libre-échange USA/Royaume-Uni mais cela n’arrivera pas de sitôt (…) Le Royaume-Uni sera en queue de peloton », a prévenu Barack Obama lors d’une conférence de presse à Londres avec le Premier ministre britannique David Cameron.

Le plaidoyer d’Obama 

Dès son arrivée à Londres pour une visite de quatre jours, Obama a plongé dans la bataille du référendum en se livrant à un vibrant plaidoyer en faveur du maintien de son allié britannique au sein de l’UE. « L’Union européenne ne diminue pas l’influence britannique - elle l’amplifie », a-t-il écrit dans une tribune parue dans le quotidien Daily Telegraph.

>> A lire aussi : Le résultat du référendum aura des conséquences sur les Américains, affirme Obama

Cameron a pour sa part fait l’éloge du traité de libre-échange commercial (TTIP) en cours de négociation entre les Etats-Unis et l’UE. « Nous travaillons dur pour faire avancer (ces négociations) parce que cela ferait gagner des milliards à nos économies et donnerait l’exemple au reste du monde », a déclaré le Premier ministre britannique.

>> A lire aussi : Le Brexit coûterait 5.400 euros à chaque famille britannique, affirme le ministre des Finances

Dans une interview au quotidien Bild publiée avant son arrivée en Allemagne, Obama avait lui aussi estimé que le TTIP pouvait « renforcer le commerce et créer des emplois aux Etats-Unis et dans l’Union européenne ».