Un an après les séismes au Népal: «La reconstruction vient à peine de débuter», raconte une humanitaire

INTERVIEW Humanitaire à CARE, Margaux Saillard revient du Népal où elle suit les programmes de l’ONG dans le district de Dhading...

B.T.

— 

L'ONG CARE mène plusieurs programmes depuis les séismes de 2015.
L'ONG CARE mène plusieurs programmes depuis les séismes de 2015. — CARE

Un an après les deux tremblements de terre qui ont ravagé le pays, le Népal reste un pays en ruines où la reconstruction tarde à commencer malgré les 4,1 milliards de dollars d’aides promis par la communauté internationale. A 26 ans, Margaux Saillard, humanitaire chez CARE vient tout juste de rentrer d’une mission de 15 jours dans ce pays. Elle raconte à 20 Minutes de la situation sur place.

Quelle est la situation sur place ?

Il reste énormément à faire dans tous les domaines. La reconstruction vient à peine de débuter. Si en arrivant à Katmandou on ne voit pas vraiment de traces du séisme, mise à part dans le centre historique où de nombreux temples ont été détruits, c’est très différent dans les campagnes qui sont les plus affectées par la catastrophe. Dans de nombreux endroits, les maisons détruites n’ont même pas encore été démontées. C’est une étape importante car beaucoup de matériaux seront réutilisés par les familles les plus pauvres (briques, pierres taillées, poutres en bois, etc).

Les gens vivent encore dans des abris temporaires construits avec les matériaux distribués (du contreplaqué et de la tôle) à la suite des tremblements de terre. Des dizaines de milliers de personnes vivent encore sans accès à des installations sanitaires ou à de l’eau potable. Certaines sources d’eau ont été complètement taries par les tremblements de terre. Aujourd’hui, les femmes et les filles, qui sont traditionnellement responsables de la collecte d’eau, doivent marcher de longues distances dans des régions montagneuses.

>> A lire aussi : Séisme au Népal: Six mois après le séisme, le Népal est au point mort

Où en est le programme de reconstruction du gouvernement?

Depuis décembre 2015, le gouvernement népalais a repris la coordination des efforts de reconstruction et de l’action des ONG (à la suite des Nations unies), par le biais de la Nepal Reconstruction Agency (NRA) créée en janvier 2016. Le gouvernement népalais a prévu d’apporter une aide financière de 2.000 dollars à chaque famille dont la maison a été sévèrement endommagée par le séisme. L’idée est que chaque ménage puisse recevoir son argent en 3 étapes : une pour les fondations, une pour les murs, une pour le toit.

A chaque étape, des agents mandatés doivent venir vérifier que la reconstruction est faite en conformité avec le nouveau « Code de construction » publié par la NRA. Mais, un an après le séisme, les modalités opérationnelles de ce programme sont encore floues et l’enregistrement des familles pour l’intégration dans ce programme national vient seulement de commencer. L’appui pour le renforcement des abris temporaires par les ONG n’est plus autorisé alors que la prochaine mousson approche et que des milliers de familles seront toujours dans ces abris de fortune.

Qu’avez-vous fait au Népal durant ces quinze jours ?

Je me suis rendue dans le district de Dhading dans la région du Centre, l’une des plus touchées par le séisme. J’ai rencontré les communautés locales de trois villages que nous soutenons. J’ai notamment pu voir nos programmes de sensibilisation et de formation aux méthodes de reconstruction parasismique. Je m’assure de la bonne mise en place de nos programmes.

A lire : Les ONG appellent à l'aide après un nouveau séisme au Népal

Comment CARE est-elle présente au Népal ?

L’année dernière, nous avons collecté 26,3 millions dollars. Nous avons déjà dépensé 10 millions dollars pour soutenir plus de 122.650 personnes dans quatre des régions les plus affectées : Gorkha, Dhading, Sindhupalchowk et Lamjung.
Nos équipes locales comptent 267 personnes. Nous travaillons également avec des associations localespour mettre en œuvre nos projets de reconstruction. Cela permet le transfert de compétences vers des acteurs locaux qui font un travail formidable sur le terrain.

Un village du Népal.
Un village du Népal. - CARE

Aujourd’hui, CARE forme des artisans et les familles à des méthodes de reconstruction plus sûres afin de réduire l’impact d’éventuelles catastrophes. En termes de santé, nous participons à la reconstruction de latrines plus solides. Nos équipes mènent également des campagnes de promotion des bonnes pratiques d’hygiène. Elles apportent aussi un soutien agricole. Nous distribuons des semences et petits animaux d’élevage. Et nous formons les petits agriculteurs.