Séisme en Equateur: De nouveaux impôts pour reconstruire le pays

CATASTROPHE NATURELLE En augmentant notammen la TVA, le gouvernement équatorien veut récupérer un milliard de dollars sur les trois que devrait selon lui coûter le tremblement de terre dévastateur... 

20 Minutes avec AFP

— 

A Bahia de Caraquez, en Equateur, le 21 avril 2016.
A Bahia de Caraquez, en Equateur, le 21 avril 2016. — AFP

Alors que l’Equateur compte encore ses morts après le terrible séisme de samedi, le gouvernement prépare la reconstruction en appelant les habitants à mettre la main au porte-monnaie. Objectif : récupérer un milliard de dollars sur les trois que devrait selon lui coûter le tremblement de terre dévastateur qui a fait près de 600 morts, près de 6 000 blessés et plus de 20 000 déplacés.

La TVA va notamment augmenter de deux points dans ce pays, passant à 14 % pendant un an. Les salariés verseront également une contribution sur salaire obligatoire, modulée en fonction de leurs ressources, tandis que ceux dont le patrimoine dépasse un million de dollars devront verser une somme équivalant à 0,9 % de leurs biens.

>> A lire aussi : «Pas de relation directe entre les séismes japonais et équatoriens»

Le président socialiste Rafael Correa a également annoncé la vente d’actifs de l’Etat « pour surmonter ce moment difficile », sans toutefois préciser lesquels.

« La reconstruction sera longue, mais ensemble nous surmonterons cette tragédie », a assuré jeudi sur Twitter Rafael Correa.

Des zones touristiques dévastées

Le tremblement de terre en Equateur, d’une magnitude de 7,8, est le pire à s’être produit en Amérique latine depuis celui d’Haïti en 2010. Il a dévasté la côte pacifique, dont des zones touristiques.

Dans une économie souffrant de la chute des cours du pétrole et ayant stagné en 2015 (+0,1 %), le tourisme était appelé à devenir une activité phare de l’Equateur.

« Ce qui nous inquiète, c’est l’après. Comment reconstruire et comment faire pour que les gens puissent conserver leurs emplois et que ceci ne se transforme pas en une crise sociale ? », se demandait jeudi José Ochoa, président de la Fédération hôtelière d’Equateur. « Plus de 40 [hôtels] sont détruits, mais beaucoup d’autres ont été touchés au niveau de la structure », a-t-il ajouté.