La rencontre entre Manuel Valls et Abdelaziz Bouteflika, le 10 avril 2016.
La rencontre entre Manuel Valls et Abdelaziz Bouteflika, le 10 avril 2016. — Eric FEFERBERG / AFP

ALGERIE

VIDEO. Algérie: Une photo de Bouteflika tweetée par Valls fait polémique

Les médias algériens dénoncent le caractère «dégradant» des images de la rencontre entre le Premier ministre français et le président algérien...

La visite de Manuel Valls en Algérie n’a pas fini de faire parler. Après le boycott d’une partie des médias français pour protester contre le refus des autorités algériennes d’accorder un visa aux journalistes du Monde et du Petit Journal de Canal +, une nouvelle controverse est apparue, côté algérien cette fois, au sujet d’une photo du président Bouteflika tweetée, notamment, par le Premier ministre français.

En cause, le caractère jugé « dégradant » par les Algériens de cette photo prise par l’Agence France Presse, mais aussi de toutes les images de la rencontre entre Manuel Valls et un président Bouteflika pas vraiment à son avantage, comme le note le blog Geopolis de France tv info. Le journal algérien Liberté évoque ainsi le « traumatisme national provoqué par les images pathétiques du président Bouteflika, la lèvre inférieure affaissée, les yeux hagards, la parole difficile », regrettant qu’Abdelaziz Bouteflika soit « exposé, malgré lui, à la risée de certains médias français qui ne reculent devant aucune immoralité ».

«Une inqualifiable forfaiture»

« Mais quel est l’Algérien qui accepterait de voir son président […] montré au monde entier dans un état de santé aussi lamentable, aussi affaibli, aussi diminué, aussi pitoyable, que celui dans lequel le monde entier l’a découvert à travers ces images et vidéos qui ne cessent de tourner et de "retourner", gouverner encore et toujours ? », déplore Le matin d’Algérie. « C’est une inqualifiable forfaiture, dont sont comptables ceux qui sont en charge de l’image du chef de l’État », note encore Liberté.

Âgé de 78 ans, Abdelaziz Bouteflika a été victime en 2013 d’un AVC qui a affaibli sa mobilité et sa faculté d’élocution. Ses activités publiques sont devenues très rares et il n’apparaît à l’écran de la télévision officielle que lorsqu’il reçoit des invités étrangers. Il dirige l’Algérie depuis seize ans.