VIDEO. Attentats de Paris et Bruxelles: Mohamed Abrini «cachait bien son jeu», selon sa logeuse

BELGIQUE Assia B., la femme qui a hébergé le fugitif peu avant son arrestation, a livré aux enquêteurs et aux médias un récit surréaliste…

M.C.
— 
Montage d'un portrait d'archives non daté et d'une capture d'écran d'une video de surveilance à l'aéroport de Bruxelles, de Mohamed Abrini
Montage d'un portrait d'archives non daté et d'une capture d'écran d'une video de surveilance à l'aéroport de Bruxelles, de Mohamed Abrini — HO BELGIAN FEDERAL POLICE

Elle dit avoir rencontré Mohamed Abrini dans un café. Assia B., la femme de 43 ans qui a hébergé le suspect clé des attentats de Paris juste avant son interpellation vendredi, a été remise en liberté à l’issue d’une « audition approfondie », rapporte la Dernière heure. Et ses déclarations, relayées par plusieurs médias, ont de quoi surprendre.

La « logeuse » de Mohamed Abrini affirme en effet ne pas l’avoir reconnu. « Un jeune comme ça, je ne me serais jamais douté que c’était le type recherché », déclare-t-elle à BFMTV. C’était selon elle « un type normal. Peut-être que c’était un type qui cachait bien son jeu. En deux jours, tu ne peux pas connaître la personne ».

« C’était un type trop cool, baba cool »

Elle a dit aux enquêteurs avoir rencontré celui qui a reconnu être l’homme au chapeau de l’aéroport de Zaventem dans un café proche de son domicile d’Anderlecht, la commune de la banlieue de Bruxelles où Abrini a été interpellé vendredi. « Il m’a dépannée de deux euros pour une bière. Il m’a dit qu’il ne [pouvait] plus rentrer chez lui parce qu’il avait claqué la porte derrière lui », laissant à l’intérieur ses clés, son téléphone portable et ses papiers d’identité », a affirmé Assia B. selon la Dernière Heure. « Le type était un peu blindé d’argent : des liasses de 50 euros, des liasses de 20 », a-t-elle déclaré sur RTL, sous le nom de « Myriam ».

Mohamed Abrini aurait « dormi deux nuits » chez elle, « sur le canapé ». « Il ne m’a jamais parlé de religion. Au contraire, il ne m’a raconté que des conneries », raconte sa logeuse, qui déclare encore à son sujet : « C’était un type trop cool, baba cool ».

« T’as vu le type qui a fait exploser l’aéroport ? »

Assia B, qui aurait de « lourds antécédents psychiatriques » selon La Dernière Heure, rapporte cette conversation surréaliste avec son hôte au sujet des attentats : « Je lui ai dit : "T’as vu le type qui a fait exploser l’aéroport ? Il court. T’as vu toutes les caméras qui l’ont filmé ?" Et le type il est là : "Oui", et c’est lui… »

Elle dit finalement ne l’avoir reconnu « que quelques heures avant son arrestation, lorsqu’ils ont diffusé son portrait au journal télévisé, et j’ai pris peur. Je n’ai pas bougé tout de suite parce que je comptais aller voir l’agent de quartier le lendemain. » « Je n’arrive plus à dormir. Quand je vois sa photo, je tremble », affirme-t-elle.